AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
« Il y a bien longtemps avant même que les gens n'habitent dans le ciel. Une guerre terrible éclata entre les hommes et une Déesse malfaisante. Après des combats sanglants, nos ancêtres aidés de Dieu scellèrent le pouvoir de cette Calamité. Puis quittèrent la terre souillée et stérile pour construire leur avenir dans le Ciel. »
Claus
ProfilMp
Nevyn
ProfilMp
16.07.2018 : THEME & NOUVEAUTÉS !
12.06.2018 : RECENSEMENT LES LOVES !
01.03.2018 : OUVERTURE DU FORUM. ♥

{ next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ)
 :: Zone HRP :: La corbeille :: Anciennes fiches ()
Invité

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Invité ► 20/3/2018, 22:44 ►



rán
Nom : Halldór.
Prénom : Rán, Salome.
Âge : Vingt-quatre ans.
Date de naissance : 02/02
Orientation : Ne possède ni questionnements, ni avis. Adviendra que pourra, ou plutôt, qui.
Domaine : Religieux, Botanique.
Région : Falias, la montagneuse.
Métier : Sœur Herboriste.

caractère


Rán,
c’est être pieds nus dans la neige, les cheveux mal peignés. C’est porter un regard de défiance amusé sur tout ce qui l’entoure, mettre des coups de pieds dans les acquis, les piliers. C’est la stature d’une matriarche dans un corps juvénile, un sentiment de maturité dont découle une pudique légitimité. Il y a de la dureté dans les mots, les regards posés. Une forme de jeunesse malmenée qui jamais ne sera plaintive ni revêche, miséricordieuse de ce qu’on lui a imposée.

Il y a dans ce mélange étrange, des croyances fortes et religieuses. Un pragmatisme théologique mais pas fanatique, qui ne désire ni imposer, ni salir une manière de penser. Rán croit, vit dans une foi personnelle et chaste, qu’il arrive un moment dans la vie de tous où se tourner vers l’inexplicable, l’immatériel, est nécessaire. Que quand bien même le désespoir pousse vers ce chemin, elle n’a ni à éclairer le passage, ni à tenir la porte ouverte aux égarés. C’est aux autres de faire la démarche. Et quand bien même arriveront-ils jusqu’à elle, elle viendra écorcher du bout de ses doigts vos doutes et faiblesses.

Forme de cruauté maternelle pour certains, c’est davantage une bienveillance pure et sans arrières pensées qui meut cette pratique. Car si elle impose témérité et absolution, c’est qu’elle sait qu’on n’évolue pas sans pertes ni fracas. Elle guide avec discrétion, n’impose aucune forme d’obligations.

Rán,
c’est une pipe à tabac fumante en extension de son bras, un rire grave pour ponctuer sa prêche romanesque. C’est quelqu’un qui aurait désiré voir ailleurs, pouvoir conter ce que les autres ignorent. Mais qui reste immobile depuis son perchoir aux airs glacières, qui contemple de loin ce qu’elle ne peut effleurer. Obligations ne rime pas avec pérégrinations. Alors l’on vient à elle, on lui narre des paysages, des villes qu’elle imagine pleinement d’un battement de cils avec un léger sourire. Sans jalousie ni chagrin, elle écoute ce qu’on dépose à ses pieds.

Dévote acharnée, elle l’est. Mais davantage face à son héritage qu’à ses principes. Rán défend avant tout les intérêts de Falias, de son environnement inhospitalier qu’ils ont domptés avec temps et patience. L’on ressent sa fierté d’appartenance, ses racines profondément ancrées. Car c’est ainsi qu’elle a toujours vécu et qu’elle compte faire vivre son unique descendante, orpheline liée par le sang. Déchirée parfaitement mais profondément contenue, Rán est une jolie plaie resserrée par un garrot épais.

histoire


Te voilà. Elle te voit, t’as trouvée.
À courir, slalomer entre les cimes enneigées.
Deux sauvageonnes qui rient à gorges déployées, à en faire trembler les fines branches dépouillées. Qui se jettent l’une sur l’autre dans la mêlée, qui hurlent dans une excitation, une frustration juvénile.
Celle qui a le dessus sera la dominante des deux. Voilà les jeux auxquels vous vous adonniez chaque hiver, remettant en cause votre dynamique cadette-aînée. Sentiment bon enfant, vous étiez avant tout deux caractères marqués se frottant à l’impétuosité de l’autre, provocatrices dans les limites à ne pas dépasser. Pieds nus, cheveux emmêlés. Voilà les seules choses qui n’ont pas changées après une dizaine d’arrière-saison.

Si tu as toujours respecté vos parents pour ce qu’ils vous ont donné, ta sœur aînée fût toujours le centre de ton univers. Vous gravitiez l’une autour de l’autre, sans jamais vous séparer même dans l’adversité, dans la médisance que votre féminité pouvait vous apporter en grandissant.
S’il y a bien quelqu’un ici bas que tu n’as jamais cessé d’aimer, c’était elle.
S’il y avait bien quelqu’un que tu ne souhaitais pas voir disparaître, c’était elle.

L’on admirait déjà enfant ta stature droite malgré tes airs parfois débraillés, à trop aimer te perdre dans les vallées escarpées. À ramper dans les buissons, grimper les troncs. Enfant sage mais malicieuse, à l’œil brillant, souvent rieur, parfois charmeur. L’on ne s’étonnait guère que l’union entre vos parents donneraient de parfaits diablotins, de petits esprits vif et attachants. Un bûcheron sentimental, une nourrice aux mots piquants.

À tes dix-huit ans, ton entrée dans les ordres semblèrent évident à la majorité car tu es quelqu’un ne craignant pas les responsabilités. Qui a cette capacité de donner, de se faire écouter. Qui aime durement mais pleinement. Qui se voulait être un repère flamboyant parmi les montagneuses. Si les années sont passées sans que tu puisses les compter, les voir défiler, le temps a su se rappeler cruellement à toi. Tandis que tu embrassais une carrière solitaire, ton aînée s’était mariée. Passait les étapes logiques de la vie de tout un chacun.

Et quand bien même vos vingtaines à peine consumées,
chaque hivers vos jeux revenaient. Ils s’adoucissaient, grandissaient tout comme vous. Il n’était plus question de batailles physiques, mais de grandes conversations tantôt théologiques, tantôt anecdotiques. Vos échanges avaient su conserver des bribes de votre enfance, taquines, durement véridiques lorsqu’il était question de repousser l’autre dans ses retranchements. Mais profondément ponctuées par votre tendresse mutuelle.

Si c’est l’hiver qui vous a vu grandir, c’est aussi celui-ci qui t’enleva à elle.
La pneumonie, cette harpie sifflant dans ses bronches malades. C’est ainsi que vous l’avez perdu il y a deux ans de cela. Laissant derrière elle mari esseulé, nourrisson orphelin. Tu n’as pas pleuré Ran, tu t’es laissée calciner par ce sentiment. Tu as oscillé entre une foi fervente et des instants où la fièvre te gagnait. Concentrant ton énergie sur ce qu’il restait, ce qu’il fallait faire vivre. Son souvenir, sa chaire. Cet enfant sur lequel tu déversa toute ta vitalité, ta tendre hargne couveuse.

L’on pourrait croire que tu n’as pas changée, que cela ne t’as pas remuée. La vérité est que tu as refusé de te faire dévorer par la peine. Que le deuil ne sera jamais fait, tu l’as entrevue dans tes moments de clairvoyance intenses. Tu n’as plus rien à perdre dorénavant, l’on t’as déjà tout pris. Tu t’es refusée la vie que mène les autres, t’es enclavée sous l’ombre réconfortante d’une entité. Lorsque tes yeux ne sont pas posés sur la silhouette maladroite et boudinée de l’enfant, ils sont tournés vers les têtes baissées, les regards fuyants. De ceux qui sont perdus, des esprits curieux, des perplexes qui cherchent une vérité.

Et si le rire est mort dans tes iris,
qu’il ne viendra plus l’habiter, tu n’es ni à plaindre, ni à prendre en pitié. En vous quittant, elle a emporté dans son linceul ce qu’elle aimait en toi. Ce qui n’appartenait qu’à vous deux.

L’on te voit aujourd’hui manches retroussées, mollets plongés dans la neige, cheveux lâchés. À crapoter l’embout métallique de ta pipe en bois, à tapoter le fourneau lorsque tu veux briser le silence pour te faire entendre. Des airs juvéniles, des comportements de matriarche en devenir. Tu es partout et nulle part à la fois, une rôdeuse discrète qui se meut. Un regard dur, une stature statique qui pourtant ploie toujours avec respect face aux aînés, à la hiérarchie logique. Qui met genoux à terre pour accueillir la frêle silhouette d’un enfant délaissé.


anecdotes
Se lève aux aurores. Ce n’est pas rare de la voir discrètement bailler derrière la manche de son habit. Possède une petite collection d’objets en tout genre qui lui ont été rapportés des quatre coins de Caelum. Un cabinet de curiosités qui sont ses petits trésors. A les jambes criblées de bleus et griffures. C’est sympa de marcher pieds nus et de se balader partout, mais pas sans risques. N’a jamais fait partie des chœurs. Sa voix grave et rauque se fait bien trop remarquer. Admire les femmes féminines. Taquine tout ce qui bouge. Ne sait pas nager. N’ayant jamais pu tremper les pieds dans un cours d’eau, elle ne saurait se débrouiller. Suspend au plafond les plantes qu’elle cueille pour les faire sécher dans sa chambre. Ainsi, lorsqu’on arrive, une coupole de fleurs et brindilles séchées vous accueille. Est tout à fait abordable. Ainsi que reconnaissable avec son physique d’albinos. Est une personne tout à fait hospitalière malgré ses airs parfois intimidant. Soigne les bobos de tous bénévolement.








derrière l'écran
Bjr! 8D J'ai les mains moites et les pieds plats, j'ai été lâchement attiré par ici par Sveinn. J'ai environ vingt-deux ans et je rp depuis assez longtemps pour pouvoir compter avec les deux mains. J'aime effectivement les cookies, mais ceux aux schokobons. Parce que le gras c'est la vie et que mes artères sont déjà bouchées.




next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Nevyn ► 20/3/2018, 22:49 ►
Bonjour et bienvenue chez nous ! J'aime beaaaauucouuuuuup ton vava haha
J'espère que tu te plairas parmi nous. Pour l'instant bon courage pour ta fiche et n'hésites pas à poser des questions au besoin ! Smile



next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Azalys ► 25/3/2018, 00:26 ►
Une herboriiiiiste *saute partout et balance des chaussettes*
Bienvenue à toi ici et bon courage pour finir cette petite fiche ♥

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Claus ► 5/4/2018, 11:19 ►
Bonjour !
Je me permets de relancer la fiche, savoir si elle était toujours d'actualité ? 8D
Des bisous.


Invité

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Invité ► 19/4/2018, 17:36 ►
Bonjour!

Je suis tellement désolée (voir je m'aplatis) pour le temps que je prend pour rédiger cette fiche (j'ai presque envie de vous dire que c'est intolérable de ma part ;; ). Je vous promet de terminer prochainement ma chère Ran en vous remerciant pour votre patience et votre compréhension ;;

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Claus ► 19/4/2018, 22:11 ►
Coucou ! 8D
Aucun souci, tiens nous au courant si besoin ! En espérant te voir vite avec nous sur le fofo !
Du love.


Invité

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Invité ► 15/5/2018, 22:21 ►
Bonsoir!

J'annonce officiellement que ma fiche est (enfin) terminée. En espérant que ça convienne, n'hésitez pas s'il y a la moindre modification à faire!

Bonne lecture et merci par avance

Together


next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Claus ► 16/5/2018, 10:03 ►
bienvenue ô jeune aventurier(e) !

Hola camarade ! Je ne regrette pas d'avoir attendu pour ce personnage ! Une vraie religieuse quelle joie d'en voir une venir peupler les rangs de Gear mais ce n'est pas tout ! Je trouve que Ràn dégage vraiment la sensation que je ressens à propos de Falias. Elle est parfaite dans cette région ! Je te valide. 8D Tu peux dès à présent recenser tes avatars (www), créer ta fiche de lien (www), et rechercher un Rp (www) !

Que l'aventure soit avec toi !






next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Azalys ► 16/5/2018, 10:26 ►
Je pose juste un mot pour dire que j'adore ta fiche et la manière dont tu écris. Vala. Very Happy
Invité

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Invité ► 17/5/2018, 17:50 ►
Claus › Merci pour la validation et contente que l'attente ait value le coup héhé!

Azalys › Aah, des mots doux venant d'une personne douce, merci bien!
Contenu sponsorisé

next time i’m opening up to someone is my autopsy (TERMINÉ), par Contenu sponsorisé ► ►