AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
REGLEMENT // DEMANDES DE RP(S) // UNIVERS // GROUPES // MODERATION // PARTENARIATS        
Bienvenue sur Gear ;

« Il y a bien longtemps avant même que les gens n'habitent dans le ciel. Une guerre terrible éclata entre les hommes et une Déesse malfaisante.
Après des combats sanglants, nos ancêtres aidés de Dieu scellèrent le pouvoir de cette Calamité. Puis quittèrent la terre souillée et stérile pour construire leur avenir dans le Ciel. » www
; staff


votezvotezvotezvotez


 :: Caelum :: Majoris :: Downtown

{ Les délices de la gourmandise [Ft Laran]
Ephrem ;
8/4/2018, 22:30

avatar



Les délices de la gourmandise

La gourmandise commence quand on n'a plus faim

Feat Ephrem & Laran


Aujourd’hui, il n’était pas de service, et Ephrem avait profité de cette journée de repos pour une promenade à travers la capitale de Marjoris. Il n’était pas vêtu de son uniforme, comme il l’était habituellement, portait des vêtements décontractés pour l’occasion. La sensation était étrange, lui qui s’était accoutumé à l’habit militaire qui ne laissait pas place à la détente. Bientôt il se motiva à oublier l’armée le temps d’une journée, le soldat ne travaillerait pas pour toute une journée. Aussi, quand il avançait dans les rues de la ville, peu de visages se tournaient vers lui, seules les quelques personnes avec qui il avait entamé une conversation un jour, ou ceux qu’il avait aidé se souvenaient de son visage. Autrement, il ne décelait pas les réactions typiques de ceux qui le croisaient en tant que soldat. Ni l’attitude très respectueuse, ni la lueur de crainte, ni celle du mépris que certains affichaient ouvertement parfois. Sans son uniforme, il n’était plus qu’un jeune homme ordinaire, sans son uniforme, il pouvait respirer et ne pas trop calculer ses faits et gestes. Et cela lui faisait vraiment du bien.

Le climat à Majoris était toujours chaud, et c’était pour cette raison qu’il avait choisi des vêtements légers. Pourtant, la chaleur demeurait étouffante, et il se retrouvait avec une envie de se rafraîchir le corps comme l’esprit. Ce n’était pas un désir compliqué à satisfaire ; la capitale regorgeait de lieu en tout genre. A force de déambuler ainsi, il allait bien trouver l’endroit qu’il lui fallait. Il s’arrêta quelques secondes devant un bar, avec pour motivation de s’acheter une boisson fraîche. Il hésita quelques instants entre les choix proposés, affichés sur la pancarte devant l’établissement, puis oublia l’idée de la boisson, avec une nouvelle idée en tête. Pourquoi s’abreuver d’une simple boisson, quand on pouvait manger plus consistant et goûteux, comme une glace, par exemple ?

Il poursuivit sa marche d’un pas toujours aussi tranquille, mais plus rapide cependant, alors que son regard balayait les rues à la recherche d’une enseigne qui proposait des glaces. Ephrem songeait déjà au goût sucré lorsqu’il en entamera une, et réfléchissait déjà au parfum qu’il choisirait. Au bout de quelques minutes de recherche, ses yeux rencontrèrent les portes d’un glacier. Lorsqu’il passa la porte, il frissonna en passant de la chaleur de la rue à la fraîcheur de l’enseigne. Il y avait déjà une petite queue devant lui, et il dut prendre son mal en patience jusqu’à ce que ce fut enfin à son tour. Il pouvait apercevoir les différents bacs renfermant les différents parfums colorés, et il hésita un moment entre deux parfums, avant de faire son choix, une fois arrivé face à la vendeuse. Et il fut tout heureux lorsqu’elle lui servit la glace au chocolat qu’il avait demandé. Il ne suffit que de quelques secondes pour qu’il paye la dame et sorte ensuite de la boutique, son met sucré tenu dans une main.

Maintenant, c’était une toute autre problématique qui lui venait… Où pouvait-il bien se poser pour en profiter comme il se doit ? La rue était remplie, et il ne voyait pas un endroit pour s’asseoir. Le soleil allait bien vite faire fondre la glace s’il ne faisait pas un choix. Devait-il chercher un banc, s’appuyer contre un mur, ou la manger en marchant ?


Un petit début, en espérant que ça va t'inspirer !
Laran ;
Lala
11/4/2018, 22:30

avatar



ft. Ephrem
la glace ultime

Chocolat. Framboise. Vanille. Nougat. Citron. La perfection. Assise sur un banc à l'ombre, chacune une cuillère dans la main, Laran et Lala dévoraient le monstre calorique qu'elles venaient d'acquérir. Les deux copines adoraient prendre une glace gigantesque aux multiples parfums pour ensuite, la déguster ensemble, piquant dans les différentes boules au gré de leurs envies. C'était plus sympa que d'en acheter deux. Laran avait du chocolat plein la bouche tandis que Lala finissait la boule citron, ses jambes battant dans le vide avec ravissement. Ces petits moments de complicité entre filles leur faisaient tout oublier. Elles aimaient flâner dans les boutiques puis manger une sucrerie en regardant les passants avant de rentrer à l'auberge où elles séjournaient. Certains qualifieraient ces journées de perte de temps.

Alors que Laran devait s'entraîner, recruter des explorateurs, en former quelques uns, préparer les vivres pour l'expédition, bref, tout un tas de trucs importants, elle avait papillonné après son entrainement matinal. A vrai dire, elle était censée évaluer un jeune explorateur qui rêvait de les rejoindre mais il ne s'était pas présenté à leur rendez-vous, laissant un trou béant dans son emploi du temps. De toute façon, Laran craignait que ce jeune n'ait pas les compétences pour descendre maintenant. Il manquait trop d'expérience. Du genre casse-cou. A foncer tête baissée dans l'aventure sans écouter ce qu'on lui disait. Au fond, l'exploratrice voulait le prendre avec elle, pour qu'il puisse réaliser ses rêves. Mais elle risquait surtout de finir avec une mort sur la conscience. Peut-être fallait-il lui laisser un peu de temps de prendre en maturité ... Ce serait délicat à lui annoncer.

« J'aaaaai chauuuud. »
« Non, on ne prendra pas une deuxième glace. »

Lala fit la moue tandis qu'elle enfournait une nouvelle cuillère remplie. On voyait que ce n'était pas la Gardienne qui devait payer. D'accord, avoir un tonton gouverneur de l'Est facilitait l'argent de poche. Pour autant, sa thune ne poussait pas sur un arbre dans leur jardin. Et puis, son rôle d'exploratrice en chef n'impliquait pas non plus un salaire mirobolant tant qu'elle restait sur ce le bon vieux plancher de Caelum. Un petit dédommagement pour la peine qu'elle se donnait en somme, loin de constituer une rémunération à part entière. Donc, non. Pas de deuxième glace.

D'autant qu'elle avait vu une jolie robe tout à l'heure qui la tentait bien. Elle se sentait un peu comme une patate actuellement, vêtue d'un débardeur noir avec une tête de lapin mignonne et un pantacourt ivoire. En plus, dès qu'elle voyait ses bras ainsi découverts, elle avait le sentiment que les gens dans la rue devait la prendre pour Jojo le déménageur avec ses muscles. Vivement qu'il fasse moins chaud qu'elle puisse de nouveau tout faire disparaître derrière une épaisse couche de vêtements. Le fameux filtre des complexes ; quand un talus finissait par ressembler à une montagne dans l'esprit de la victime.

« Tu la trouvais comment, la robe tout à l'heure ? » se hasarda-t-elle, indécise sur le sujet.
« Sympa. J'aime bien le rouge sur toi, ça te va. »
« Perso, je trouvais les froufrous trop choupi. Tiens, un peu comme la dame à gauche. »
« Erk, trop pas. Son chapeau est laid, il va tellement pas avec sa tenue. »
« Et elle ? A la sortie du glacier. »
« Mouais. Bof. Hé, c'est pas le petit militaire ? Celui que tu trouvais mignon. »
« Chut.»

Laran mit sa main en visière. Evidemment, hors de question de pointer les gens du doigt, elles communiquaient avec discrétion. En effet, ce garçon lui disait quelque chose. De temps en temps, elle passait par la caserne histoire de s'entraîner en leur compagnie avec la permission spéciale d'Isley. Elle se souvenait d'y avoir croiser ... Euh, comment il s'appelait déjà ? Efrain ? Ephrem ? Elle n'était plus vraiment sûre. A sa décharge, ils s'étaient juste croisés à l'occasion et avaient échangé quelques amabilités, rien de plus. Laran se leva d'un bond et se dirigea vers lui en courant avant qu'il ne s'en aille. Lala la suivit en flottant, grignotant le cornet en ricanant.

« Hééééé ! Coucou. Toi aussi tu aimes les glaces ici ? Ce sont les meilleures de toute la ville ! T'es en repos ? »



fools boast of what they will do. heroes do it.
Ephrem ;
15/4/2018, 17:54

avatar



Les délices de la gourmandise

La gourmandise commence quand on n'a plus faim

Feat Ephrem & Laran & Lala


Le temps passait, et il ne trouvait toujours pas de place. Si ça continuait ainsi, la glace allait fondre, et ce serait une grande perte aux yeux d’Ephrem. Car oui, il était un gourmand, et chaque instant à manger une friandise, ou un met sucré, était précieux. Tant pis, il ne pouvait plus attendre longtemps, le soleil commençait déjà à se charger de la glace sans qu’il ne puisse rien y faire. Il ouvrit la bouche pour goûter la première bouchée, oubliant un instant l’urgence de trouver une chaise ou un banc. Le goût chocolaté était bien à la hauteur de ce qu’il attendait, c’était même mieux que dans son imagination. Lorsqu’il détacha ses yeux de la glace, il vit une jeune fille qui courait en sa direction. Surpris, il s’immobilisa en la regardant, avant de la reconnaître.

Il s’agissait de Laran, suivie de sa gardienne. Il se souvenait d’elle, et pas seulement parce qu’elle était l’exploratrice en chef, mais parce qu’ils s’étaient croisés une fois, lors d’un entraînement. Tout ceux qui s’intéressaient à l’exploration connaissaient la jeune fille, au moins de nom, et il faisait partie de cette masse. Ce qui surprenait surtout Ephrem, c’était qu’elle se souvenait de lui, alors qu’elle devait avoir un sacré emploi du temps, et croiser un grand monde chaque jour. Alors qu’elle approchait, il remarqua la tête de lapin sur son débardeur ébène, et ne put retenir un sourire, amusé. C’était mignon. Il remarquait maintenant que sa petite gardienne tenait une glace à la main, un peu grande pour elle seule.

-Salut ! Je ne savais pas que c’était le meilleur de la ville ! Mais oui, j’aime cette glace.

Comme la première fois qu’il l’avait rencontré, elle avait ce côté enthousiaste et solaire qui l’avait rendu appréciable. Il la connaissait à peine, et pourtant le soldat lui trouvait quelque chose d’attachant. Etait-ce parce qu’ils avaient environ le même âge ? C’était peut-être l’un des facteurs. C’était d’autant plus surprenant, puisqu’il n’aimait pas approcher les mages. Il ne savait pas exactement pourquoi, mais il l’avait trouvé sympathique lorsqu’ils s’étaient un peu parlés, alors qu’elle était venue à l’Académie dans le cadre d’un entraînement. Quant à Lala, il ne s’était pas encore prononcé à son propos, puisqu’ils n’avaient pas échangé plus que ça. En tout cas, bien que cela le surprenait, ça lui faisait plaisir qu’elle l’eut reconnu.

-Oui, aujourd’hui c’est repos ! Je vois que c’est le cas pour toi aussi.

Elle devait certainement profiter d’une journée de libre, puisque son emploi du temps devait être habituellement très chargé, bien plus que ne l’était le sien. Après tout, ce serait elle qui mènera les prochaines explorations sur Terre. Il fallait être courageux pour se lancer dans telle entreprise, et à son jeune âge, c’était une grande responsabilité sur ses épaules. Il arrivait à peine à s’imaginer explorateur, lui qui après tout ce temps, n’avait pas osé en parler à quelqu’un. Même s’il n’en parlait pas, il envisageait de plus en plus l’idée d’essayer, et en cet instant, il se trouvait bien en face de l’exploratrice en chef. Même s’il éprouvait un grand intérêt pour ce tout nouveau métier, il n’allait pas énoncer ce sujet. Parce qu’il ne le voulait pas, et aussi parce que cela dérangerait peut-être la jeune fille, peut-être cherchait-elle a user de ce temps libre pour se détendre.

Il se souvenait de sa problématique première, c’est-à-dire cette glace dans sa main, et la chaise qu’il recherchait pour se poser. Alors qu’il avait parlé avec Laran, la glace avait maintenant un aspect moins dur, un peu plus liquide. Malgré le temps qui s’écoulait, et même s’il en avait déjà avalé une bouchée, il ne perdait pas espoir, et se disait que peut-être la jeune fille et la gardienne avaient aperçu un endroit tranquille où se poser pour manger. Après tout, la gardienne était bien d’en finir une ? Il passa sa main libre dans ses cheveux, un peu embarrassé de poser la question :

-Dites-moi, vous n’auriez pas trouver un endroit pour s’asseoir ? J’aimerais profiter de cette glace comme elle le mérite, mais la rue est noire de monde…


689 mots
Laran ;
Lala
20/4/2018, 21:46

avatar



ft. Ephrem
emo corner

Pour tout avouer, Laran était un brin étonnée qu'il se souvienne d'elle. Elle n'était pas des personnes charismatiques s'imprimant dans votre esprit dès le premier contact. Elle pencha la tête sur le côté, un brin perplexe. Sa renommée issue de sa position lui passait souvent au-dessus de la tête, elle n'y pensait que rarement. A vrai dire, encore aujourd'hui, elle avait du mal à imaginer qu'elle avait une quelconque importance pour Caelum au point que son nom soit connu d'une partie de la population. Au moins, vous pouvez être assuré que la demoiselle ne prenait pas le melon. Au contraire, elle ne réalisait même pas son importance.

Quoi qu'il en soit, l'exploratrice était ravie de constater qu'Efren - c'était ça son prénom, non ? - avait encore le souvenir de leur rencontre fugace. Lorsqu'il confirma son diagnostic sur la qualité de la production du marchand de glace, elle s'illumina, les yeux pétillants. Pouf, un point commun. Un garçon qui aimait les glaces ici ne pouvait forcément qu'être sympathique, confirmant son a priori positif. Il avait l'air d'être gentil de toute façon, du style altruiste, à aider son prochain, probablement la raison qu'il l'avait poussé à intégrer l'armée. Peut-être qu'au fond, elle sentait que le feeling passerait bien à cause de la proximité de leur âge. Elle lui donnait à peu près entre dix-sept et vingt ans en voyant large.

Lala ne se prononçait pas. Elle grignotait son cornet, braquant sur le jeune homme son unique œil inquisiteur comme si elle cherchait à le jauger. Pour le moment, elle appréciait la concurrence afin de déterminer ce qu'il avait dans le ventre. La Gardienne ne partageait que rarement l'enthousiasme de sa partenaire. Elle préférait analyser avant de formuler ses remarques à Laran. Celle-ci sembla un peu gênée concernant son supposé repos. Elle se frotta la nuque.

« Oui, je suis en repos aussi, en quelque sorte ... »

Là, elle se souvenait de sa place. Son titre venait de lui revenir miraculeusement comme un boomerang sans qu'elle soit capable de le rattraper. Comment dire. Alors qu'elle aurait dû préparer activement leur première virée sur Terre, elle se promenait tranquillement avec Lala. Une vague de culpabilité s'écrasa sur la demoiselle. Certes, ce matin, on lui avait posé un lapin. Toutefois, si elle l'avait vraiment souhaité, elle aurait sûrement trouvé des dizaines de tâches n'attendant que son intérêt. A cet argument, Lala lui répondrait sans aucun doute qu'elle s'investissait suffisamment dans son rôle pour mériter un peu de détente de temps en temps. La créature s'inquiétait de voir sa Laran courir partout dans tous les sens, prenant à cœur toute la préparation dans son ensemble comme si elle cherchait à avoir la mainmise sur l'intégralité de l'opération, même ce qui ne relevait pas de sa compétence. Malheureusement, Lala savait qu'elle n'avait aucun pouvoir sur cette facette-ci de la personnalité de son amie. Mise à part l'influencer discrètement pour qu'elle se change les idées avec ce type de journée, elle était impuissante la plupart du temps.

Laran revint en pleine forme lorsque que le soldat en formation évoqua un endroit pour se poser. Elle se tourna triomphalement vers le banc à l'ombre qu'elles venaient de quitter quelques minutes auparavant, le doigt fièrement tendu vers ce lieu salvateur qui délivrerait ce pauvre Ephrem de la fourmilière humaine qui grouillait dans cette rue.

« Juste ici ! »

Elle se figea avec son bras tendu. Son sourire effectua un salto à cent quatre-vingt degrés.

« On dirait que certains guettaient nos places avec impatience. » soupira Lala.

Laran cligna des yeux. Deux gamins s'approchaient dangereusement du coin de fraicheur qu'elles venaient de quitter. Elle rangea son doigt, défaite. S'il y avait eu un emo corner dans cette rue, elle se serait sûrement agenouillée dans le noir pour remuer la poussière avec un bâton. Lala ne se laissa pas démonter. Elle flotta d'une impulsion jusqu'à leur ancienne place, rapide comme l'éclair. Laran grimaça. Sa gardienne n'appréciait pas de se faire doubler dans quoi que ce soit, même si elle devait envoyer balader impitoyablement des pauvres gamins. La demoiselle attrapa la main d'Ephrem pour le guider jusqu'au banc à quelques mètres. Arrivée sur place, elle resta cependant debout et invita les enfants à se poser à côté d'eux. Il y avait de la place pour tout le monde.

« Alors, ça se passe bien, à l'Académie ? »



fools boast of what they will do. heroes do it.
Ephrem ;
21/4/2018, 20:30

avatar



Les délices de la gourmandise

La gourmandise commence quand on n'a plus faim

Feat Laran & Lala



Quand il lui parla de repos, il sentit un changement dans le comportement de la jeune fille. Elle semblait gênée, le regard un peu fuyant, et à ce moment-là, il se demanda si ce n’était pas un peu de sa faute. Peut-être ne voulait-elle pas parler de son travail ? Peut-être voulait-elle vraiment évacuer, s’évader le temps d’une journée entière ? Il ne voulait pas la froisser ou saper son moral, cette fille avait l’air gentille et simple. De loin, sa vie avait l’air d’être assez compliquée comme ça… Et il ne désirait pas en rajouter une couche. Il faisait beau, le soleil était radieux, ce n’était pas un temps à se faire des soucis.

En attendant, il fallait sauver une glace en détresse, et Laran semblait en être la sauveuse. Le visage du soldat s’illumina quand elle récupéra son sourire et sa bonne humeur, tout en pointant vivement son doigt dans une direction qu’il suivit avec des yeux pétillants et un grand sourire. Sa joie était communicative, mais son petit plan tombait vite à l’eau quand ils s’aperçurent que des enfants se rapprochaient de la place. Tout aussi rapidement que sa joie émergea, la jeune fille laissa tomber son bras, l’air abattu. Bien qu’un peu déçu, Ephrem n’avait pas perdu son sourire, et il était même assez touché de la bonne volonté dont elle faisait preuve. Cela leur donnait quelque chose en commun, cette envie de vouloir rendre service et se dépenser pour autrui. Avec un sourire franc et sincère, Ephrem secoua la tête devant la mine désolée de l’exploratrice :

-Allons, ne t’inquiète pas, ce n’est pas…

Grave. Sauf qu’il n’avait pas eu le temps de terminer sa phrase, que la gardienne fonçait déjà, en lévitation, vers le banc. Il haussa les sourcils, surpris de la réaction de Lala, dont il ne connaissait pas beaucoup à part le nom. Elle n’avait pas pris part à la conversation, préférant jusqu’alors rester en retrait. Cela l’avait d’autant plus étonné qu’elle réagit ainsi au quart de tour, lui qui avait gardé son attention sur la mage. D’ailleurs, il se rendait compte qu’il n’était plus aussi habitué aux gardiens qu’il ne l’avait été auparavant. Il se souvenait en avoir été fasciné à un moment de son enfance, lorsqu’il passait son temps avec sa mère. Et il ne savait pas s’il pouvait tenir une conversation avec un gardien, quel qu’il soit.

Il se laissa guider par la jeune fille quand elle lui prit la main, tout en calant sa glace près de lui pour éviter de lui faire perdre la tête – enfin la crème glacée, il fallait le comprendre ainsi – en cours de route. Lorsqu’ils arrivèrent au niveau du banc, le soldat fut plutôt content de la voir céder de la place aux deux enfants – après tout, eux aussi avaient le droit de passer un moment agréable. Tout en s’asseyant sur le banc, il remercia Lala pour son geste. Il avait senti le regard de la gardienne peser sur lui, mais pour l’instant, il ne s’en était pas inquiété, la laissant faire comme elle le souhaitait, même s’il se posait des questions. Peut-être qu’il avait une tâche sur ses vêtements, ou quelque chose entre les dents ? Il baissa brièvement les yeux vers sa chemise, mais rien à signaler, pas une seule tâche. Et puis, il ne ressentait aucune sensation désagréable au niveau des dents.

Enfin, il devait penser à autre chose, comme à Laran qui s’adressait à lui par exemple. Elle lui demandait comment ça allait à l’Académie.

-Dans les grandes lignes, ça se passe bien oui. J’aime bien l’ambiance, je m’entends bien avec les autres soldats la plupart du temps, et je crois que je me débrouille un peu mieux avec le temps…

Il haussa les épaules, mangea une autre bouchée de sa glace, puis ajouta :

-Après, il y a toujours les petits soucis quotidiens, certains soldats sont parfois désagréables. Et puis, il y a parfois des personnes qui mettent un peu le désordre dans la foule…

Enfin, il ne voulait pas trop parler des quelques soucis auxquels il faisait face, à côté des siens, ce devait être rien du tout. Il secoua la tête :

-Enfin, tout se passe bien. Et toi, comment se passe les préparations pour la descente ?

C’était étrange de s’entendre demander ça. Sans s’en rendre compte, ses yeux s’étaient illuminés, lui qui rêvait encore d’exploration.


731 mots
Contenu sponsorisé ;






 :: Caelum :: Majoris :: Downtown