AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
« Il y a bien longtemps avant même que les gens n'habitent dans le ciel. Une guerre terrible éclata entre les hommes et une Déesse malfaisante. Après des combats sanglants, nos ancêtres aidés de Dieu scellèrent le pouvoir de cette Calamité. Puis quittèrent la terre souillée et stérile pour construire leur avenir dans le Ciel. »
Claus
ProfilMp
Nevyn
ProfilMp
16.07.2018 : THEME & NOUVEAUTÉS !
12.06.2018 : RECENSEMENT LES LOVES !
01.03.2018 : OUVERTURE DU FORUM. ♥

{ I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad]
 :: Caelum :: Majoris :: Downtown ()

I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad], par Karis ► 10/4/2018, 14:30 ►
I meet someone. My brother's friend ?  
Eriu, Majoris. Majoris, Eriu pour finir de nouveau par Majoris ...

Voilà mes destinations depuis quelques mois maintenant. À cause de qui ? De mon frère bien entendu, mais je devrais plutôt dire grâce. On peut laisser supposer que j'accumule de nouvelles connaissances en terme de personnes comme en terme de savoir. Même Slade est content. Ou alors, l'est-il parce que je lui suis moi-même. Bien que cela n'est pas forcément visible, je m'ouvre un peu plus à ce qui m'entoure. La peur est certes, encore présente. Toutefois, elle s'avère être moins profonde, plus facile à calmer. Merci à toutes les rencontres, je devrai avouer. Chacun a su apporter sa pierre à l'édifice.

Aujourd'hui, dans cette capitale, nous devons retrouver quelqu'un. Une personne qui m'est totalement inconnue, comme au rouquin d'ailleurs. Un ami à mon frère ? En voilà une bonne question, vu qu'il ne m'en avait jamais parlé auparavant.

Nous l'accompagnons donc en cette journée légèrement voilée par des nuages, dans la ville. De là à dire que voir cette nouvelle personne m'intéresse, je réponds que non. Pourtant, pour que l'on puisse arriver à supporter mon idiot de frère, pourquoi pas accepter de le rencontrer. Pas que Rio soit foncièrement méchant - bien que bizarre, on se l'accorde -, je sais qu'il a tendance à être collant. Beaucoup trop en fait, pour trouver cela normal.

Vêtue d'un débardeur blanc, d'un simple jean et d'une veste en laine, je suis docilement les pas de mon frère et de mon gardien. On va éviter de se perdre de nouveau. Ils sont tous les deux en train de parler et de rigoler comme de petits enfants. Pour ma part, je suis légèrement en retrait, ne lançant que quelques mots de temps à autre. Cela m'arrive que de vouloir rester calme, sans pour autant en avoir marre des autres. Bien au contraire, cette ambiance est légère, je trouve, sans aucune prise de tête.

Nous tournons dans une ruelle se trouvant à note gauche. L'endroit comporte quelques magasins ainsi qu'un petit restaurant familial. Toutefois, c'est dans un des nombreux bars de Majoris, que nous pénétrons. À cette heure-ci de la journée - soit le milieu de l'après-midi -, le lieu s'avère être relativement vide. C'est donc avec aisance que nous trouvons une place.

Le bar n'est pas bien grand et se trouve être plus en longueur qu'en largeur. Allant au fond de la pièce, nous nous posons autour d'une table de taille moyenne - il ne faut pas oublier que nous avons une autre personne, voir deux qui doivent s'ajouter à notre trio -. À présent, il ne nous reste plus qu'à patienter. Pas qu'ils soient en retard. En fait, c'est nous qui sommes en avance, mais je dirai qu'il s'agit là d'un trait de famille. Rare sont les fois où nous ne sommes pas à l'heure. En même temps, des imprévus peuvent toujours arriver, alors autant prendre de l'avance.

Un serveur vient nous voir afin de prendre une première commande. Pour ma part, je choisis un sirop à la fraise, car j'aime tout simplement ce fruit. Mon rouquin passe son tour, préférant se contenter d'eau. Mon frère, quant à lui, ouvre déjà les hostilités avec une pinte de bière. En même temps, dirait-il, nous nous trouvons ans l'endroit adéquat pour ce genre de boisson. Je ne peux pas le nier, mais il aurait pu faire d'un peu plus de patience.

Posant mon menton dans le creux de ma main droite, je regarde mon frère avec insistance. Celui-ci me sourit de toutes ses dents, sachant déjà ce que j'allais poser comme question.

- Pourquoi me fais-tu rencontrer ton nouvel ami ? Une personne qui est pourtant lambda à mes yeux.

Un soupir franchit ses lèvres, puis un haussement d'épaules. J'ai tellement l'impression d'avoir affaire à mon gardien. Autant par les gestes que par les mots.

- Parce que même s'il est froid, il est beau et a aussi le cœur sur la main. Bon, sa gardienne est assez bizarre. Je suis certain que tu vas les apprécier. De plus, il s'agit là d'un médecin assez reconnu et qui a fonder un groupe d'aide aux démunis.

- Stop ! Je lance vivement pour l'arrêter.

Il parle avec beaucoup trop de passion là. Si je le laisse faire, nous en avons facilement jusqu'à ce soir. Un médecin ? Je comprends pourquoi il intéresse mon frère, monsieur, j'ai envie d'accumuler plus de savoir. On dirait tellement un animal avec un nouveau jouet.

Slade qui se trouve sur la chaise à côté de moi, me chuchote d'un ton emplis d'humours.

"Tu crois qu'il est amoureux ? Fais gaffe, il risque de t'oublier."

J'émets un petit rire avant d'observer Rio agiter ses mains énergétiquement dans les airs. Mon regard suit la trajectoire et remarque un duo se rapprocher de nous. Voilà donc le fameux copain. En effet, il est beau, mais la demoiselle n'a rien à envier non plus.

- Bonjour. Je fais tout simplement avant de laisser le blond faire les présentations.

- Hey Galahad ! Oh bonjour Cornaline, toujours aussi mystérieuse à ce que je vois. Je vous présente ma charmante sœur, Karis. Celle qui pourrait être intéressée par ton groupe. Et voici son gardien, Slade.

Je hausse un sourcil. Me manquerait-il une information ou non ? Je ne me souviens pas d'avoir dit une telle chose. Que manigance-t-il ? Je ne peux répondre, car voilà le serveur revenant avec nos boissons.

Au pire, on verra bien, n'est-ce pas ?


                   
you're all that matters to me
© .bizzle
Merci à Galahad pour les deux avatars ♥️

Spoiler:
 

I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad], par Galahad ► 13/4/2018, 16:57 ►

karisgalahad

I once hoped for friendship to find a place among my kind ; but those were the childish wishes of someone who was blind

« Voilà, bon appétit. » volaille accompagnée de pommes de terre et de légumes secs, ainsi qu’une miche de pain fraîche. « Vous ne restez pas déjeuner avec nous, Orane ? » pourquoi ce regard emplit de gêne et ces rougeurs suspectes ? « Que Monsieur m’excuse, j’ai déjà énormément grignoté en préparant le repas, en plus du petit-déjeuner ─ Oh, comme c’est gênant... » c’est entendu. Ne la mettons pas plus dans l’embarras : et puis il n’y a pas mort d’homme ; c’est humain d’avoir faim. Je préfère ça. « Pas de souci, mais permettez-vous au moins une pause et pensez à collationner à quatre heures. » elle s’incline légèrement en avant, signe de politesse. « Merci beaucoup, Monsieur. » reprise. « Ah et Monsieur... je me suis permise d’entrer dans la « salle interdite » pour replacer votre dictionnaire dans la bibliothèque adéquat : vous l’aviez oublié dans la salle de lecture. » moins plaisant, mais tant que ce n’est pas Cornaline, ça me va. « Hum. Merci, Orane. »

Le repas se poursuit sans encombre.
La discussion aussi ... ou du moins, presque.

Diiing.
« Et tu as accepté ? » « On dirait bien. » « Je reste ici. » xyloglottement-parlant, Cornaline n’est pas inthalassopotable (comprenez par là qu’elle n’est pas facile) et ce n’est pas un fait nouveau. « Très bien. » « Et ça ne te dérange pas ? Tu n’insistes pas ? » « Pas le moins du monde. » ça m’arrange, même. « Je viens. Je sais qu’il va gesticuler comme un babouin en te voyant arriver et que ça va m’agacer, mais je viens. » forcément. Enfer et damnation. « Attention. » « Hum ? »
gling, crash.
Verre qui choit lourdement sur le sol et qui se brise en mille morceaux. « Toutes mes félicitations : le troisième verre en une matinée, c’est une bonne moyenne. Tu crois que ça pousse dans les arbres, toi, les verres ? » « Ne me fais pas tout ce cinéma pour de la vaisselle sans valeur. Et puis ta bonniche est là pour ramasser, il faut bien la faire bouger un peu ; elle s’empatte à vue d’œil. Bourrelet par-ci, bourrelet par-là. » le manque de congruité porté à son paroxysme, autant à mon encontre qu’à celui d’Orane. Non. En fait, c’est tout simplement les paroles de trop. Et puis cet air dédaigneux...

Suffit.
Le calme légendaire n’est plus.

Furibond, je me lève vivement ─
bunk !
le genou cogne contre le bord de la table ─ , l’empoigne par le bras, la hisse ─ avec véhémence ─  et la force à reculer tout contre le mur. Tension palpable. Visage anguleux prés du sien et main sur le côté droit de sa caboche. « Maintenant, écoute moi bien » calme-toi, Galahad. Respire.
Tap tap tap.
« Monsieur, une lettre pour v ─ » je ne me risque pas à tourner la tête vers elle : j’imagine déjà assez bien ses grands yeux ronds interrogateurs. « Oh. Veuillez m’excuser... » relâche-toi, Galahad. « De qui provient la missive ? » voix dure. « De Monsieur Lloyd, Monsieur. » lui. Même de Falias il arrive à me casser les noix. J’ajuste le col de la chemise de Cornaline avant de me déscotcher d’elle. « Nous en reparlerons, Cornaline. Je n’oublie pas. » et de saisir l’enveloppe bleutée et cachetée. « Pas de dessert ? » je crains fort qu’il n’atterrisse malencontreusement sur la Gardienne en cours de route, alors il ne vaut mieux pas. Et toute cette surtention est parvenue à me couper l’appétit.

* * *

(Lui ─ manteau long bleu marine en cachemire et mohair, gants courts fuligineux, gilet sans manches noir, chemise blanche et cravate en grenadine de soie, jean slim ébène, chaussures de ville. Elle ─ manteau en laine lavande à chevrons, chemise blanche à col lavallière, pantalon droit noir à ceinture marron, stilettos blancs à l’appui.)

Il n’y a pas foule aujourd’hui, tant mieux.
Il est en vue.
Ils sont en vue.
Ils.

« Mais nooon. » plus blasé, tu meurs. « Je l’avais dit. Il l’a fait. Mais regarde un peu : on dirait un bouffon. Non. » spasmes à l’œil gauche. « C’est un bouffon ! » heureusement que nous ne sommes pas encore face à eux. « Cesse de cracher ton venin. » tu l’as assez fait pour aujourd’hui. « D’autant plus que je n’ai pas oublié l’incident de ce midi. » ... alors tiens-toi à carreau si tu ne veux pas que j’explose à nouveau. « Oh. Ils sont trois. » quelle perspicacité.
Hic, hip.
Hum ? « J’ai le hoquet. Juste le hoquet. »  
hic, hip.
Soyons plus cordiaux.

Trois pas. Deux pas. Un pas.

« Bonjour. » petite blonde aux yeux océan. Qui es-tu ? Je mets un certain moment à répondre, cherchant dans mes ─ pourtant pas si lointains ─ souvenirs. Et puis il y a ce rouquin inconnu au bataillon. Mes pupilles en viennent même à s’égarer sur Rio. « Bonjour. » Quelle est cette embuscade ? « Hey Galahad ! Oh bonjour Cornaline, toujours aussi mystérieuse à ce que je vois. » je sens bien son exaspération, à la Cornaline.
Hic, hip.
« Je vous présente ma charmante sœur, Karis. Celle qui pourrait être intéressée par ton groupe. Et voici son Gardien, Slade. » concernée par la cause, dis-tu ? Le sourcil de la soi-disant intéressée graisse ma curiosité. Que me fais-tu là, l’ami ? Tu sais comme je déteste les affabulations pourtant, non ?
Hic, hip.
« Enchanté de faire votre connaissance, bien que je ne m’y attendais pas. » Cornaline garde étrangement le silence face à l’autre gardien : elle ─ aussi ─ semble analyser.

Diiing. Diiing.

Ces fichus verres qui s’entrechoquent.

« Docteur ! Quelle surprise ! C’rare de vous croiser aute part qu’votre bureau, hein ! » en effet, mais y-avait-il vraiment nécessité d’exalter cette pensée ? Mettons ça sur le coup de la surprise. « Il semblerait que quelques bons amis réussissent l’exploit de me faire sortir de ma tanière. Même si ce n’est pas pour très longtemps. » rire gêné. « Oui ! Et pis ’faut vous aérer l’esprit : ça doit pas ête facile de toujours ête enfermé et d’recevoir des gens malades, hein. Alors, l’sirop c’pour la p’tite dame. Voilà. L’verre d’eau pour le jeune homme et l’bière pour ─ Oups ’tention à c'que ça déborde pas. »
Hic, hip.


Nous nous installons pendant la distribution.
Je quitte les gants et les pose sur le rebord.


« J’vous mets quelque chose ? » quelle question... perturbante. « Un earl grey parfumé aux agrumes, s’il vous plaît et... ? » coup d’oeil vers Cornaline qui étale un peu plus son fessier sur le fauteuil rembourré. « Un thé vert parfumé. » du thé, vraiment ? « Avec deux sucres. » ce gros défaut. « Et un biscuit. » hum ?
Hic, hip.
« Oui. Un biscuit, c’est bien. » Elle semble d’humeur quelque peu... enfantine. Silence.

« Alors comme ça vous êtes intéressée par le G.A.D, Karis ? Que savez-vous précisément de nos actions ? » mettons les pieds dans le plat maintenant.



I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad], par Karis ► 25/4/2018, 16:01 ►
I meet someone. My brother's friend ?  
Ce n'est même plus un chapitre que j'ai loupé, mais bel et bien un roman entier. Le pire dans tout cela ? Le sourire de Rio comme si tout aller bien. Tu m'étonnes, lui, il n'a pas de problème contrairement à moi. Est-ce qu'il a pensé à mon embarras lorsque le nouvel arrivant me pose une question dont j'ignore le sujet.

Pour le coup, j'aimerais abattre ma main sur l'arrière du crâne de mon frangin. Slade, lui, en a l'habitude d'avoir ce genre de punition lorsqu'il fait l'idiot. À croire que ce n'est pas le cas du blondinet. Toutefois, faire ce geste voudrait avouer que je suis ignorante et que le duo s'est déplacé pour rien. Il ne faut pas que j'oublie de faire attention à mon regard qui peut lui aussi, me trahir.

Heureusement pour moi, que pendant que le serveur était en train de parler avec le docteur, Slade était venu me murmurer des mots à mon oreille. Assez bas pour que je sois seule à l'entendre. Ce qu'il me dit est inattendu, mais vraiment la bienvenue. On dirait que mon gardien a décidé de jouer les dieux et de nous faire une intervention divine. C'est donc de cela qu'il parlait plus tôt. Je m'en veux de ne pas avoir fait plus attention, mais avec le peu d'informations qu'il m'a fourni, je pense pouvoir m'en sortir. Du moins, je l'espère.

C'est donc avec un certain calme que je décide de répondre à Galahad.

- Vous voulez parler du Groupe d'Aide aux Démunis ? Mon frère est resté assez évasif sur le sujet, mais vous semblez le connaître, juste le strict minimum, pour savoir comment il fonctionne n'est-ce pas ?

Le concerné fait une moue contrit, peu content de se faire traiter de la sorte. Tant pis pour lui, je ne fait que lui renvoyer la balle. Bon réfléchit, je vais bien trouver autre chose à dire, surtout maintenant que je me suis lancée. Le rouquin reste toujours silencieux, un petit rictus naissant. Pendant qu'il sirote dans ma boisson, il jette quelques coups d'œil à la gardienne du docteur.

- Vous devez être le créateur de se groupe caritatif. Je sais que vous donnez très certainement des denrées comme de la soupe par exemple. Mais qu'en est-il de l'argent ? Tout ceci attise ma curiosité et j'avoue, qu'il faudrait y avoir plus de groupes dans ce style.

En vrai, mes paroles ne sonnent pas totalement fausses, même si le sujet ne m'est pas familier. Je me suis permis de poser une question qui j'espère, n'aura pas l'effet inverse de ce que je vise. Par contre, même si cela m'intéresse réellement, quelle est l'étendu de ce rendez-vous ?

- Une autre petite question si cela ne vous dérange pas. Est-ce que Rio vous a dis que je venais d'Eriu et non, d'ici.

Un bruit se fait entendre à côté de nous. Mon visage se tourne vers un blondinet ayant frappé inconsciemment la table. Après un silence presque pesant, il retrouve son magnifique sourire d'idiot. Sa voix se fait toute guillerette, bien que ses mots soient des excuses.

- J'ai peut-être omis ce petit détail en effet. Après, ma petite Karis vient me voir très souvent, donc c'est comme si elle habitait Majoris.

Il est vraiment sérieux ? Même mon cher gardien se le demande. Il croyait que j'étais un cas, mais au final, mon frère est bien pire. Personnellement, je suis prête à quitter l'endroit pour lui donner une bonne leçon. Heureusement pour lui, je reste par respect pour ce duo qui a aussi subit les imbécillités de Rio. Puis, même si le rendez-vous n’aboutit à rien, j'aurais au moins appris d'autres nouvelles choses.

En l'espace de quelques minutes, seulement, j'ai envie de boire une boisson bien plus corsée. J'intercepte donc le même serveur que tout à l'heure qui revient avec les commandes de Galahad et sa gardienne. Je lui demande de l'hydromel, une boisson que j'affectionne malgré le fait qu'elle me rende vite joyeuse.

"Bon bah je garde ton sirop, ma chère.

Je ne réponds rien à Slade, car cela ne servirait à rien de toute manière. En même temps, il n'avait pas pris la peine de demander tout à l'heure - comme s'il s'était douté que je prenne autre chose -. Je suis bien trop prévisible. Sans m'en rendre compte, je laisse échapper un murmure.

- Mon frère est vraiment pénible de faire selon ses envies et sans me prévenir.

Quelqu'un m'aurait-il entendu à part mon gardien. Au pire, ceci n'est que la vérité et les deux autres, doivent le savoir aussi. Ce n'est pas nouveau que Rio agit de la sorte. On dirait que cela l'amuse au plus au point. Il est facile que de manipuler les autres pour arriver à ses fins. Un gamin très vicieux.


                   
you're all that matters to me
© .bizzle
Merci à Galahad pour les deux avatars ♥️

Spoiler:
 

I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad], par Galahad ► 2/5/2018, 04:27 ►

karisgalahad

I once hoped for friendship to find a place among my kind ; but those were the childish wishes of someone who was blind

Hic, hip.


Inutile d’être fin détective ou mentaliste pour deviner que tu brodes, petit colibri. Et en effet, je ne connais que trop bien ton frère ; lui, par contre, ne semble pas encore bien me cerner pour commettre de telles gaucheries. Ce sujet qui retombe encore et toujours sur la table : l’argent. Œil qui se ride. « Vous n’êtes bien entendu pas la première à me poser cette question. » pause. « Les dons d’argent ne sont pas tolérés : seuls les biens consommables, les produits d’hygiène ou encore les habits sont les bienvenus. La collecte s’effectue soit sur les lieux de distribution, soit à mon domicile-même. » seconde pause. « Tout n’est que question de générosité et chaque personne le désirant peut ainsi apporter sa pierre à l’édifice. » mais il ne faut pas prendre ces actes pour une « obligation » sinon ce n’est pas la peine. « Une autre petite question si cela ne vous dérange pas. Est-ce que Rio vous a dis que je venais d’Eriu et non, d’ici ? » non, je n’étais déjà pas au courant de ta venue, jeune fille, alors ne m’en demande pas trop. « Rio a décidément omis de me parler de beaucoup de choses. » le sens-tu, ce ton emplit de reproches ? « J’ai peut-être omis ce petit détail en effet. Après, ma petite Karis vient me voir très souvent, donc c’est comme si elle habitait Majoris. » tac-o-tac. « Votre lieu de résidence n’a aucune incidence sur une possible adhésion : tout le monde est le bienvenu et ce même si les missions ne se font qu’occasionnelles. »

Douce senteur de l’earl grey. « Merci bien. »

« Pas facile d’avoir un frère empoté, hum. Tu sembles ne pas être mieux garnie avec ton... Gardien. » sursaut. « De l’hydromel ? » je me redresse un peu pour parler à l’oreille de Rio. « Mais enfin, ta soeur n’est-elle pas encore trop jeune pour boire un tel breuvage ? » je ne peux m’empêcher de tourner la caboche vers elle et de l’inspecter du regard. Non, vraiment, elle fait... encore adolescente. « Rio. » pression sur l’instant. « Quel âge... a ta sœur ? » je cligne de l’œil. « Sa façon se s’habiller t’a induit en erreur. On voit bien que ça fait longtemps que tu n’as pas côtoyé la gente féminine, Galahad. C’est kitsch, c’est usé et dépassé, mais ce n’est pas adolescent. Après, en soi, on ne peut pas t’en vouloir de t’être fourvoyé : elle n’a clairement pas l’allure d’une lady. » elle oblige la demoiselle à ouvrir ses bras de chaque côté, de manière à dévoiler sa « poitrine » « Mais ces seins ne peuvent appartenir à une enfant. Non, non, non. » la situation en serait presque gênante. « Bon et si tu la regardes de plus prés, tu verras qu’elle a quelques petites ridules sur le front... et une peau horriblement fatiguée de surplus. Je dirais qu’elle a aux alentours de vingt-cinq ans. Je me trompe ? »

Bien, bien, bien. La gêne suprême.

Ne rajoutant plus un mot, je commence à siroter mon thé. Respire Galahad, respire. « D’autres questions au sujet de l’association ou votre curiosité est étanchée ? » manière détournée de changer de conversation et d’aider à dissiper la chaleur qui s’est emparée de mes joues.

« Mais dis-nous, Rio ; si ta soeur vient si souvent, pourquoi ne nous l’as-tu pas présentée avant ? Il y a une occasion spéciale ? une idée qui te trotte derrière la tête ? » demande t-elle quasi-innocemment en dévorant goulûment ce qui s’apparente à un spéculoos. « Hum ? »



I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad], par Karis ► 14/5/2018, 14:41 ►

I MEET SOMEONE. MY BROTHER'S FRIEND ?
Feat Galahad
J'écoute attentivement la réponse du médecin. En soit, il est mieux de donner de l'alimentaire ou des vêtements que de l'argent. Dans un premier temps, cela est plus facile à gérer. Puis car cela amène tout simplement moins de jalousie, de problème. Je hoche la tête positivement, montrant que ma vision des choses est plus ou moins en accord avec la sienne. Donc même si je réside à Eriu, il m'est tout de même possible de participer à son groupe caritatif ? C'est cool, je trouve. Au moins, ainsi, tout le monde peut participer selon son envie. Qui sait, je pourrais me laisser accrocher.

Aider les gens ne me déplaît pas, bien au contraire. Il m'est déjà arrivée d'offrir un repas ou alors, une petite pièce. Toutefois, je suis plus du genre à aller engager la conversation. Cette action est peut-être ridicule pour les autres, mais tant pis. J'essaye de réconforter, de rigoler et ainsi, redonner le sourire. C'est anodin, mais cela permet de passer un bon moment, aussi court soit-il. Il s'agit là de ma manière d'agir.

Mon regard azuré se pose sur la gardienne du médecin suite à sa réplique. Je ne m'attendais pas le moins du monde à ce genre de remarque. Comment le prendre ? Rio n'a pas l'aire de s'en faire - ou alors, il fait son eccédentésiaste -. Slade, lui, tique, mais aucun son ne sort de sa bouche. Il ne lui fera pas le plaisir de pouvoir répliquer. Je sens le mage m'analyser suite à ma commande. Encore une fois, quelqu'un me fait plus jeune ? Cela ne m'étonne plus, étant habitué depuis plusieurs années déjà.

Mon frère s'esclaffe, répondant en même temps à Galahad. Les gens se sont retournés l'espace d'un instant, avant de vaquer de nouveaux à leurs occupations.

- Ma sœur, charmante Karis est plus vieille que tu ne le penses. La trentaine approche à grand pas, bien qu'il lui reste encore quelques années.

La suite du rendez-vous prend une tournure inattendue et surtout, très gênante. Sans comprendre ce qui se passe, mes bras sont écartés. Ma généreuse poitrine est bien mise en avant. Mon visage tourne violemment au rouge bien mûr, mon regard fuyant ceux des autres. Cornaline est vraiment un cas, elle est très au-dessus de mes deux hommes.

Mon frère n'apprécie pas la manière de faire de la demoiselle. Pourtant, c'est Slade qui ose réagir. Ses yeux pourraient lancer des éclairs. Délaissant son sirop, il se lève quelque peu de sa chaise pour se pencher vers la gardienne. Ses deux mains posées à plat sur le bois de la table, il ne lâche pas du regard l'autre.

"Vous ne voyez pas que vous avez un comportement inapproprié envers mon mage ?"

Sa voix est grave, presque menaçante. Cela me fait plaisir qu'il vienne à ma rescousse, mais cette attitude risque d'envenimer la situation. Il semble ressentir mes craintes, car son ton se veut plus léger par la suite.

"Je suis certes un idiot, mais je tiens à préciser une chose. Je souhaite être le seul à pouvoir embêter comme vous venez de la faire, ma belle Karis."

Je me dis que je préférais une autre approche que celle-ci au final. Peut-être est-ce moi qui ai l'esprit mal tourné, mais quand même. C'est ambiguës, un peu trop d'ailleurs pour mon cerveau et mes jolies joues. Heureusement, le médecin semble lui aussi mal à l'aise. Le comportement de sa gardienne ayant été le déclencheur, mais le voilà en train de changer de sujet pour passer à autre chose.

Il est gentil malgré une certaine froideur qui dégage de son apparence. Mon verre d'hydromel m'arrive à c'est suite à une fine gorgée, que je lui réponds.

- J'aurai peut-être quelques questions, en effet. Par missions, vous entendez par là, des dons ? Ou alors, cela vous arrive de faire des journées basées sur la solidarité par exemple.

L'alcool coulant dans ma gorge n'aide pas à ce que mon visage retrouve sa pâleur habituelle.

- Ne vivant pas à Majoris, pouvons nous faire des actions dans notre lieu de résidence ? Pour finir, pouvons-nous tous donner notre avis où bien, des idées ?

De nombreuses questions qui montrent ma curiosité sur le sujet. Autant se renseigner vu que ce n'est pas mon frère qui saura me répondre. D'ailleurs, voilà son tour concernant Cornaline. Je me tourne vers lui, attendant moi aussi à ce qu'il s’explique.

Rio sait que la gardienne saura l'attendre au tournant, quelle que soit sa réponse. Il pèse le pour et le contre, réfléchit longuement sur comment il doit se comporter. Slade ne sera pas là pour l'aider, comparé à ce qui c'est passé pour moi. Le rouquin va être même en mesure de l'embêter à son tour. Pour le blond, il vaut mieux qu'il reste lui-même.

- Car j'ai complètement oublié dans un premier temps.

Il se gratte la tête nonchalamment.

- Mais j'attendais aussi à ce que Karis soit plus à l'aise avec Majoris.
©️ FRIMELDA




HRP:
 


                   
you're all that matters to me
© .bizzle
Merci à Galahad pour les deux avatars ♥️

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

I meet someone. My brother's friend ? [PV Galahad], par Contenu sponsorisé ► ►