AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
« Il y a bien longtemps avant même que les gens n'habitent dans le ciel. Une guerre terrible éclata entre les hommes et une Déesse malfaisante. Après des combats sanglants, nos ancêtres aidés de Dieu scellèrent le pouvoir de cette Calamité. Puis quittèrent la terre souillée et stérile pour construire leur avenir dans le Ciel. »
Idryss
ProfilMp
Nevyn
ProfilMp
Astrale
ProfilMp
Daraen
ProfilMp
Nayen
ProfilMp
ANNONCES :
20.11.2018 : INSCRIPTION ANIMATION #01 !
13.10.2018 : OUVERTURE DE LA V2. ♥
La malédiction de Kur-Kigal - forum rpg

{ III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden
 :: Zone HRP :: La corbeille :: Gear V1 ()
Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 18/7/2018, 17:27 ►

Dans la précipitation et le mouvement de foule, Flynn avait prêté main forte à quelques personnes pour les sortir sans encombre du casino, afin de rejoindre les soldats qui les menaient à l’abri. Il n’avait fallu que quelques minutes à l’explorateur pour perdre son ami marchand de vu, ne pouvant le distinguer malgré ses habits dans la pénombre du paquebot. Tout était plongé dans un noir glaçant et même en essayant de s’habituer à l’obscurité, il ne parvenait aucunement à trouver son ami. Où était-il passé ?

« Istar, aide-moi à trouver Selden, le connaissant je suis sûr qu’il est parti se renseigner de lui-même. »
« Tu me prends pour un chien ou quoi ? Mais bon tu as raison. Je pense qu’au vus des évènements, il ne vaut mieux pas laisser un humain seul… Je vais essayer de voir si je perçois son horrible eau de Cologne. »

Descendant des épaules de son humain, l’animal resta quelques instants ainsi, à observer les environs avant de doucement bouger, de façon à être suivi par son mage. S’il allait vite, il risquerait de perdre celui-ci sans cris garde, alors avec une patience étonnante, il attendit sagement que Flynn le suive, s’adaptant à sa vue qui se faisait de plus en plus clair au fur et à mesure qu’il s’habitait à l’obscurité. Se fut au bout de nombreux croisements et de recherches, que les deux compères trouvèrent enfin le marchand et en voyant celui-ci Flynn n’avait pu s’empêcher de ressentir un grand soulagement. Son ami avait l’air d’aller bien et c’était le principal.

« Selden on te trouve enfin ! On se demandait où tu étais passé ! Je suis soulagé de t’avoir trouvé tu ne peux pas savoir. »
« Tu ferais mieux d’éviter de t’éloigner mon vieux. Après tout tu n’es qu’un simple humain, ce qui veut dire que tu es… »

Une nouvelle pulsion c’était de nouveau fait ressentir, obligeant le chat à maintenir sa phrase en suspens. Peu à peu, la luminosité fit son apparition, mais au lieu d’un éclairage clair et flamboyant, ce fut une lumière rouge et menaçante qui éclaira les environs, comme annonciateur de mauvaise nouvelle. Fronçant les sourcils, Flynn s’était légèrement rapproché de Selden et d’Istar, ses sens étant sur le qui-vive. Son mauvais pressentiment ne cessait de s’intensifier et pour couronner le tout, une voix fit doucement échos, donnant la chair de poule. On se serait cru dans une scène d’horreur, et l’origine de la voix n’était pas pour rassurer le moins du monde. Elle semblait provenir de la salle des machines. Sentant un frisson parcourir son échine, l’explorateur se tourna alors vers ses deux acolytes. Tout cela ne lui disait rien qui vaille.

« On dirait qu’il se passe quelques choses là-bas… Est-ce que tu sens quelques choses Istar ? » Voyant que l’animal ne lui répondait pas, Flynn se tourna vers celui-ci remarquant que son gardien semblait légèrement absent. « Eh oh Istar ? Tout va bien ? Y a un problème ?»
« Je… Ouais… Tout va bien… Enfin je crois… Je… C’est bizarre… J’ai l’impression d’avoir déjà… Non laisse je me fais des idées…»

Arquant un sourcil, c’était bien la première fois que Flynn voyait Istar agir de cette façon. Il en fallait beaucoup généralement pour déstabiliser le chat, mais là, c’était comme s’il était entré dans un état second. Tout cela était vraiment étrange. « Selden je pense que tu devrais rester avec nous. Je me doute que tu sais te battre, mais… Je crains que ce qu’il se passe ici, nous dépasse tous et cela serait une mauvaise idée que d’errer seul dans ce paquebot… » Attrapant son gardien —qui semblait encore pertubé — pour le garder dans ses bras, Flynn continuait d’afficher un air sérieux et préoccupé. La curiosité le poussait à aller voir ce qu’il se passait dans la machine des machines, mais son autre voix lui interdisait de s’y rendre. Soudain, alors qu’il semblait déchiré dans ses réflexions, il entendit au loin un cri féminin résonner dans tout le navire. Mais qu’est-ce qu’il se passe ici à la fin ?


Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 18/7/2018, 20:59 ►

Quand la terreur laisse place à la peur...

    Tout s'était enchainé avec trop de rapidité pour que Selden puisse prendre le temps de comprendre la logique – s'il y en avait une – des évènements.
    La fin de la partie de Blakcjack, déjà, n'en recelait pas la moindre once. Le départ du mystérieux Ethan n'avait pas rassuré le marchand qui trouvait cet homme beaucoup trop louche à son goût. Et ce manque de sérénité avant encore enflé alors qu'il entendait le discours de Discors. Certes il savait que ce gardien et son mage n'avaient rien à envier aux pires enflures qui soient, mais de la à imaginer qu'ils ourdissent de tels plans destructeurs, il y avait tout de même un sacré pas à franchir.

   Ce que l'obscurité soudaine permit tout à coup. Immédiatement, Selden pensa que son "ami" était en train de mettre en œuvre le plan en question. Cette panique naissante prit rapidement fin. Le mage s'en alla, sans laisser penser qu'il était impliqué de quelque manière que ce soit dans cet incident. Mais sans non plus annoncer qu'il n'en tirerait pas parti.
    Restant quelques secondes sur cet étrange pressentiment, l'Idyen prit soudain conscience de la gravité de la situation. La foule autour de lui hurlait, se bousculait, partait au pas de course dans tous les sens, malgré les appels au calme des forces de sécurité qui tentaient en vain de calmer la masse  populaire.
    Lui, au milieu de cette cohue et de l'obscurité, opta rapidement pour le calme et le sang froid. Si tout le monde prenait la fuite, le plus sûr serait de rester là où il n'y aurait plus personne. A tâtons, il quitta sa chaise avant de se cacher sous la table de jeu. Il n'y voyait rien, mais il entendait les pas qui déboulaient auprès de lui, comme autant de chevaux lancés au galop. Pas un seul pied ne vint le piétiner, et il se félicita intérieurement d'avoir prit la bonne décision quand il entendit le fracas d'un chute collective venant de la porte de sortie.
    Quand un calme relatif s'installa enfin, après ce qui parut de longues minutes, il osa quitter son refuge. N'y voyant absolument rien, il avança tel un aveugle, trébuchant parfois, pestant souvent contre ses yeux qui n'y voyaient rien, mais sans jamais chuter ni perdre son cap. Il avait repéré lors de la partie de carte une sortie de secours proche de la table, juste au cas où. Il se félicita à nouveau, cette fois pour avoir prit les devants en anticipant une éventuelle situation de crise.
    Évidemment, ce n'était pas à cela qu'il s'attendait, mais sa prévoyance avait encore porté ses fruits.

    Alors qu'il atteignait enfin la sortie de secours, il prit conscience que le bateau n'était plus amarré. Il avait tellement l'habitude de naviguer qu'il n'avait d'abord pas remarqué le tangage de l'énorme bâtiment. Il refoula les interrogations qui lui vinrent alors. Cela serait pour plus tard. Il fallait d'abord savoir d'où venait le problème avant d'en trouver les motivations.
    Selden se trouvait alors dans un étroit couloir, bien loin des larges coursives aux airs de rues qu'il avait traversées plus tôt dans la soirée. Il faillit partir à la renverse en parvenant à un escalier, avant de le descendre, lentement, sans savoir où cela le mènerait, mais persuadé qu'il allait là où il fallait.
    Il continua sa route, déambulant sur une nouvelle coursive, quand une voix faillit lui faire perdre son sang-froid. Flynn était là, comme par miracle. Son gardien voyait dans le noir. Il pourrait les guider.
    - Bon sang, Flynn ! Tu pourrais prévenir avant de m'appeler !
    Le ton était léger, presque jovial, mais sonnait étrangement dans cette obscurité sans fond.

    Ces retrouvailles à peine faites, une nouvelle pulsation se fit ressentir. Le noir vira alors au rouge. La lumière était de retour, mais cela n'était en rien rassurant. L'obscurité laissait sa place à un halo sanglant. Cela présageait-il de la suite des évènements, ou de leur gravité déjà effective ? Impossible à dire. Quoi que.
    Le cri strident, au loin, d'une femme, puis l'attitude anormale du félin ne faisaient pas pencher la balance du bon côté.
    Selden, lui, gardait son calme. Un pressentiment, encore un, le poussait à aller plus loin, à trouver l'origine de tout cela. Il y avait là une carte à jouer. Connaitre la vérité est toujours, tôt ou tard, bénéfique.
    Il écouta attentivement son ami qui lui demandait de rester avec lui, et opina du chef pour marquer son accord. Mieux valait être accompagné pour entreprendre les projets immédiats qui étaient les siens.
    - Je vous suivrai tous les deux où que vous alliez. Mais j'ai l'impression que tout ça vient de la salle des machines, non ? Ça n'est peut-être pas une bonne idée, mais je pense qu'il faut qu'on y aille. Si personne ne se dévoue pour le faire, personne ne pourra non plus savoir ce qui s'est réellement passé ici ce soir.
    Êtes-vous avec moi ?


Spoiler:
 

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Monsters ► 19/7/2018, 15:24 ►
Event o1 — Modération !  

La panique devenait le maître mot sur le navire. Autour de vous les gens commencent à se poser des questions, à se cacher, à devenir craintifs tandis que les gardes tentent tant bien que mal de garder le calme ; eux-mêmes ayant bien du mal à gérer leur propre sérénité. Votre duo original gardait pour le moment un certain contrôle et ce bien que la lueur rouge ait pris son emprise sur le navire. Que faire ? Le cri strident de la jeune femme venait résonner dans le navire.

Puis rien. La peur dansait entre les invités, son rire macabre paniquait les passagers, incitant certains à hurler, à se figer. Un mot de trop de la part du marchand « Mais j'ai l'impression que tout ça vient de la salle des machines, non ? » A la prononciation de cette question le sol sous vos pieds semble grincer, relâcher un cri rauque. De la fumée apparaît autour de vous prenant la forme d'une énorme mâchoire sur le point de vous dévorer. Bougez, vite aventuriers !

Situation : Vous êtes sur le point d'être engloutis par la fumée. Afin de savoir si votre esquive va fonctionner ou non, je vous laisse tirer chacun un dé avec votre Rp. Si l'addition de vos deux résultats est supérieure ou égal à 5, vous réussirez tous les deux à sortir de là.


Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 19/7/2018, 20:46 ►

Si les retrouvailles avec son ami lui avait permis de respirer et d’être soulagé d’un poids inquiétant, ce bref moment de joie fut de courte durée. À peine les deux hommes s’étaient retrouvés que les évènements du paquebot commencèrent à évolue. Du noir le plus obscure, ils étaient passés à l’éclairage rouge sang, celle-ci s’accompagnant de cris et d’une panique bien plus extrême encore que celle provoquée par la pénombre de la nuit. Et comme pour rajouter encore à cette scène macabre et angoissante, le gardien de Flynn s’était mis à adopter un comportement étrange qui ne lui ressemblait pas. Lui qui était si sûr de lui, donnait l’impression d’être en proie au doute, comme s’il était plongé dans une profonde réflexion. Inquiet par son état plus qu’angoissant, l’explorateur décida de prendre son animal dans ses bras, essayant de doucement le caresser, comme pour lui faire reprendre peu à peu ses esprits. Préférant mettre en garde le marchand à ses côtés, Flynn préféra lui dicter son choix de rester avec eux. Il était hors de question qu’il laisse son ami ainsi errer seul avec tout ce qu’il se tramait autour d’eux. Et maintenant ? Maintenant ils avaient deux options. Soient ils rejoignent la foule est attendent des directives pour s’en sortir. Soit… Soient-ils se dirigeaient droit vers ce qui semblait être la cause des ennuis, c’est-à-dire la salle des machines. Bien que la deuxième idée lui semblât plus prometteur, son instinct lui dictait d’éviter cet endroit. Pourquoi ? Il n’en savait rien, il avait juste un sale présentiment concernant cet endroit. Et il devait avouer que la voix émanant de cet endroit n’était pas pour le rassurer d’outre mesure. Visiblement, Selden avait les mêmes idées que lui en plus d’avoir les mêmes appréhensions. Au moins, il a une chose que Flynn devait bien avouer, ils étaient souvent sur la même longueur d’onde.

« J’ai aussi cette impression et je…»

Comme une formule magique, ou plutôt un mot maudit, le sol sembla réagir à la prononciation de la salle des machines. Comme si quelques choses venaient de s’éveiller. Le sol se mit à grincer avec rage, relâchant un cri des plus rudes qui sortis aussitôt Istar de sa semi-torpeur, permettant à Flynn de se boucher les oreilles pour en atténuer le hurlement.

« Bon sang ! Mais qu’est-ce qu’il se passe ici ? »
« Ce n’est pas le moment de geindre, ni de se poser des questions ! Grouillez-vous de courir ! ET VITE ! »

Alors que son regard s’ouvrir peu à peu pour mieux entrevoir son environnement, Flynn remarqua alors cette épaisse fumée prendre peu à peu forme autour de lui. Une gueule béante fit alors son apparition, toute dent dehors, prêt à avaler ceux qui se trouvaient dans son sillage. « Non de… » Ne préférant même pas finir sa phrase, l’explorateur se mit aussitôt à courir pour éviter cet amas presque irréel pour être vrai, invitant le marchand à faire de même pour sauver sa vie à lui aussi. « Fonce ! » Leur seul moyen d’y échapper c’était de courir aussi vite qu’ils le pouvaient, courir et trouver soit un accès pour échapper à cette chose, soit en atteignant la fameuse salle des machines pour sauver leur peau. En espérant que celle-ci sauverait effectivement leur peau.



III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Gear ► 19/7/2018, 20:46 ►
Le membre 'Flynn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé Rang I & II' :
Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 20/7/2018, 19:13 ►

Le rouge et le noir


    Le noir avait laissé sa place au rouge mais ne s'était pas encore totalement envolé. Une fumée épaisse et noire, à la forme macabre, venait d'apparaître, visiblement attisée par les paroles de Selden. Cette bête sombre eut deux effets sur le marchand.
    Le premier : l'apparition d'une peur jamais encore éprouvée. Il parvenait à n'en rien montrer, ou presque, mais cela bouillonnait en lui. Ses tripes étaient nouées, son crâne menaçait d'imploser, et son cœur battait si fort que son rythme résonnait dans la moindre parcelle de son corps, à une vitesse inimaginable jusqu'alors, faisant couler dans son dos une sueur glaciale.
    Le deuxième : le renforcement  d'une certitude déjà acquise. Car c'était bien l'évocation de la salle des machines qui avait causé la fureur de cette mâchoire hideuse qui sourdait du sol. Le doute n'était plus permit.

    Tout cela, Selden le constata inconsciemment en une fraction de seconde. L'instinct, sens si présent en lui, était de mise et bien utile dans de telles circonstance. Sitôt la grande mâchoire visible, il avait emboîté le pas de Flynn. La fuite était la seule échappatoire possible, nul ne pouvant combattre une telle fumée abiotique.
    Dans sa course il se délesta de son grand manteau blanc et or. Ce couteux vêtement, si utile plus tôt dans la soirée, était devenu encombrant.
    En le laissant tomber à terre, Selden ne songea même pas au prix de la précieuse étoffe qu'il abandonnait aux crocs de la créature terrifiante. Pour la première fois depuis bien longtemps il ne pensait plus à l'argent. Seules sa vie et celle de son ami comptaient.
    Pour les sauver, il fallait courir et espérer le faire assez vite pour échapper au danger immense qui les menaçait...

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Gear ► 20/7/2018, 19:13 ►
Le membre 'Selden' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé Rang III & IV' :

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Monsters ► 21/7/2018, 16:57 ►
Event o1 — Modération !  

Gueule de loup noirâtre. La fumée prenait forme et se mouvait avec aisance, donnant la sensation d'être une créature vivante à part entière. Le bateau était devenu son antre et le duo était sur le point de devenir son repas. D'un geste vif la mâchoire se ferma d'un coup net tandis que les deux compères prenaient la poudre d'escampette. La chose les suivait avec rapidité elle les talonnait quand soudain devant eux, un mur de fumée se propagea afin de bloquer leur avancée. Rapide, elle fît vite le tour, les enfermant dans un dôme de ténèbres.

Heureusement, la gueule du loup avait disparu pour n'offrir que la noirceur. L'effet était si puissant qu'il leur était presque impossible de se voir l'un et l'autre. Puis une nouvelle vision d'horreur. Flynn peut observer sa défunte soeur s'approcher de lui et effleurer des doigts le collier autour du cou de l'explorateur. « Tu es triste sans moi, n'est-ce pas ? Si tu savais comme tu me manques. » La voix est douce, posée. Istar lui ne distingue rien n'entend aucune voix, il est dans le noir complet. Face à Selden se présente alors son paternel ; il semble fatigué, exténué. « Je suis si fatigué de me tuer à la tâche mon fils. Comment peux-tu te prélasser dans ton argent ainsi ? Ne te sens-tu pas coupable de tes actes ? »


Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 21/7/2018, 23:15 ►

Il courait à perte d’haleine, la peur tambourinant dans ses tempes et dans son corps entier. L’adrénaline coulait fortement dans ses veines, lui faisant oublier la douleur que la terreur essayait d’exercer en lui. Il fallait courir, sans s’arrêter, sans écouter son souffle qui lui torturait les poumons, ni son cœur qui cognait fortement dans sa poitrine. Grâce à leur vivacité et leur instinct de survie, la mâchoire s’était refermée sans attraper personne, laissant juste un amas de fumée ténébreuse ensevelir la pièce. Comment pouvaient-ils échapper à cela ? Pourquoi n’y avait-il aucune issue dans ce foutu navire ? Où était donc passée les portes ? Pourquoi il avait l’impression que cette course ne se finirait jamais ? La panique commençait à le submergeait, celle-ci devenant plus intense quand un mur de ténèbres se dressa sur leur chemin. Cul de sac, aucune échappatoire. C’était là, le constat. Ils semblaient tout trois comme pris au piège, la fumée se déchaînant sur les parois, sol et plafond, comme si elle comptait enfermés ses pauvres âmes dans son antre. « Istar, ton pouvoir maintenant ! » Mais il était à présent trop tard. La noirceur avait envahi chacun des protagonistes présents, ne présentant que désespoir et abime à leurs yeux.

Alors qu’il avait caché sa vue de son bras comme pour éviter à cet amas opaque de l’aveugler, Flynn observa aussitôt les lieux quand le silence régna à nouveau. Il était seul, perdus dans les méandres de cette fumée obscure. Il n’y avait ni la présence du marchand, ni celle de son gardien à ses côtés. C’était comme si, il était seul au monde, seul contre l’ennemi. « Istar ! Selden ! Répondez si vous m’entendez ! » Mais rien, son appel sonna creux, sans aucune réponse de la part de ses partenaires. Les minutes sans réponse s’écoulèrent malgré les appels de plus en plus multiples de la part de l’explorateur, son inquiétude commençait alors à tordre son estomac, la panique commençant à emballer doucement son cœur. Il ne savait comment se sortir de ce pétrin, ni comment retrouver les autres. Il était pris au piège dans une prison sans la moindre ouverture, ni lumière, perturbant tous ses sens sans ménagement. Pourtant, il devait garder son calme. Il devait garder la tête froide et ne pas céder à la peur. Il devait réfléchir et chercher la moindre faille qui pourrait le perdre de le sortir de cet endroit. Il devait trouver la solution à son problème et se sortir lui et les autres de ce pétrin infame.

Oui, il devait réfléchir, mais sa réflexion se perdit soudain dans les méandres de l’oubli quand il entrevit soudain la silhouette qui s’approchait de lui. Il était comme tétanisé, incapable de bouger, comme s’il voyait un fantôme d’outre-tombe. Ce qui fallait l’avouer était le cas. Cette peau aussi bronzée que la sienne, cette chevelure blonde comme un champs de blé, cette démarche, ses vêtements, ce regard bleu comme le lac d’Idye. Non. Cela ne pouvait pas être réelle. Cela ne pouvait pas être sa sœur adorée. Adélise était morte. Elle était morte depuis trois ans maintenant. Il ne pouvait croire en cette apparition. Non, ce n’était pas elle. Et pourtant, quand elle s’approcha de lui pour toucher son collier du bout des doigts, élevant sa douce voix tout en le questionnant et avoue son propre ressentiment, Flynn se sentit comme déstabiliser, son cœur se brisant en mille morceaux. Il était incapable de comprendre la situation, incapable de savoir ce qu’il se passait. Incapable de lâcher du regard sa tendre sœur qui se tenait là devant lui, comme si elle était revenue à la vie. Il voulait y croire, mais il savait que cela n’était que le fruit de son imagination. Il avait porté son corps inerte et froid. Il l’avait vu se faire mettre dans un cercueil de bois, la terre ensevelissant pour toujours son merveilleux sourire. Malgré cela, malgré son cerveau qui ne cessait de le ramener à la réalité, sa main s’éleva pour attraper avec douceur celle de sa sœur. Elle semblait pourtant bien vivante, bien réelle, est-ce… Un rêve éveillé ?

« Ton absence est une douleur qui ne s’estompera jamais… Et à jamais, je ne cesserais de vouloir changer le passé, pour t’avoir encore auprès de moi… » Il avait cette envie sourde de prendre cette sœur dans ses bras, de la serrer pour ne plus jamais la perdre, mais celle-ci n’étant pas sa sœur, il s’abstenu, relâchant alors cette main pour reculer de quelques pas, fixant intensément cette apparition qui rouvrait en lui cette plaie béante qui lui déchirait chaque jour le cœur. « Mais tu n’es pas réelle. Ma sœur est morte, et quand bien même je voudrais changer cela, elle ne me reviendra jamais, même avec la meilleure volonté au monde. Qui que tu sois… Je t’interdis de prendre l’apparence de ma sœur. Je t’interdis de prendre sa voix, tout comme ses sentiments ! Disparais ! » Bien qu’il se voulût calme et mesuré, une douce colère, commençait à monter en lui. Il ne pouvait accepter cela, il ne pouvait encore assumer cette douleur qui le rongeait de l’intérieur. C’était bien trop dure d’affronter cette part sombre qu’il tentait désespérément de taire en lui. Cette colère qu’il éprouvait contre ses agissements d’antan, contre son impuissance.

De son côté, Istar vivait un tourment beaucoup plus angoissant. Dans la pénombre, il ne distinguait rien, ne ressentait rien, pas même la présence du marchand qu’il aimait tant charrier. Il était seul, seul dans les ténèbres les plus lugubres qu’il avait connus. « Flynn ! Selden ! Ne faites pas les imbéciles et répondez-moi bon sang ! » Il avait beau répéter ses appels, menacer ses compères d’innombrables tourments, seul le silence semblait lui répondre. Renforçant de plus en plus son sentiment de solitude. « Flynn ! Eh Flynn toi au moins réponds-moi ! » Mais encore une fois, cela se solda par un échec, sa voix ne devenant qu’un écho lointain dans les méandres d’un vide lugubre. « Rah ! Saloperie ! » Hurlant de sa voix animal, le gardien usa alors de son pouvoir de terre, créant de grosses roches pour les envoyer dans les quatre coins de cette enveloppe obscure. De cet acte désespéré, il espérait pouvoir toucher l’auteur de cette mascarade, afin de mettre fin à celle-ci pour retrouver les deux humains qui étaient avec lui un peu plus tôt.

Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 22/7/2018, 15:19 ►

Quand la terreur laisse place à la peur...

    Ils avaient réussit de justesse à échapper à la terrifiante mâchoire, mais leur calvaire n'était pas terminé pour autant. A peine furent-ils hors d'atteinte de ce premier danger qu'un second s'abattit autour d'eux. Le temps d'un battement de cœur à peine ils se retrouvèrent noyés dans une fumée d'une épaisseur incroyable. Le trio se retrouva prit au piège, nul n'y voyant plus rien d'autre que du noir insondable.
    Selden entendit vaguement ses compagnons crier, mais même le son fut rapidement happé par le dôme de fumée qui les entourait. Lui n'avait pas la force de tenter d'appeler ses amis. La course folle qu'il venait d'achever, couplée à la terreur qui continuait de bouillonner en lui lui coupait le souffle. Cet enchainement d'évènements funestes lui faisait perdre ses moyens comme ses repères. Il ne savait plus où il se trouvait. Oublié le navire, le casino, la coursive. L'espace n'était plus, de même que le temps. Il ne désirait qu'une seule chose : retrouver la lumière, fut-elle rouge sang. La salle des machines était oubliée elle aussi, devenue inatteignable. Il fallait s'y rendre pourtant, mais comment faire sans vue ni ouïe ?

    Le magnat était sur le point de s'effondrer, de tout abandonner, quand une apparition remit son esprit en alerte. Devant lui se tenait son père. Son teint cireux et la maigreur de ses traits criaient haut et fort que la fatigue dominait son corps.
    Selden n'en revint pas. Après dix-huit années passées sans son père, sans savoir ce qu'était devenu son corps, il avait fini d'espérer le revoir un jour. Mais il était là, face à lui. C'était bien son père, enfin revenu. La joie du marchand fut immense mais de courte durée. Les mots prononcés par son paternel lui firent l'effet d'un poignard planté en plein cœur. Puis la douleur laissa place à la colère. Comment osait-il proférer de telles paroles après une si longue absence ?
    - C'est impossible. Ça ne peut pas être vraiment toi ! Tu nous as quittés, tu nous a abandonnés, tu as laissé seuls ta femme et ton fils ! Mais ta mort n'a pas été la seule de nos souffrances. Nous qui te pleurions devions en plus nous relever, nous battre pour survivre ! Tu m'accuses de me prélasser mais où étais-tu alors que ton enfant de douze travaillait comme un forcené pour nourrir sa mère ? Où étais-tu alors que les autres me frappaient et me battaient ?
    Étais-tu là, tout ce temps, à attendre que je vienne pour pouvoir me sermonner ? Moi ? Moi qui suis parti de plus bas que terre pour parvenir au plus haut sommet, et qui continue de grimper, encore et encore ! Papa, retournes à l'abîme ! Tu n'es pas le bienvenu ici !


    Ne sachant plus quoi dire pour exprimer sa colère, Selden serra ses poings avant de se jeter sur son père. Il avait conscience qu'il ne s'agissait pas véritablement de lui, mais cette apparition lui permettait de vider ce qu'il avait sur le cœur. Certes il était fier de sa réussite, mais il n'avait pas oublié les souffrances qui l’avaient précédée. Pour la première fois il était parvenu à mettre des mots sur tout ce qu'il avait enduré, mais ce n'était pas suffisant.
    Son poing droit allait frapper le visage de son père, terminant ainsi d'exprimer la colère du marchand, qui n'était pas dirigée vers cet homme mort qu'il avait aimé, mais vers ce qui prenait son apparence pour tenter de l'atteindre, lui.
    Son poing droit allait frapper cette chose. Il n'était plus qu'à quelques millimètres d'y parvenir...

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Monsters ► 23/7/2018, 18:35 ►
Event o1 — Modération !  

La vision morbide qui se présentait à vous faisait naître des sentiments différents. Flynn se voulait calme, appréhendant la chose avec sérénité quant à la réalité sur la mort de sa soeur. Selden, lui, ne pouvait tolérer de telles paroles de la part du simulacre de son père et ne pût s'empêcher de se lancer sur lui. La fumée se délectait de se spectacle bien qu'elle s'agaçait ne pas vous voir baisser les bras. De son côté, le petit gardien n'en pouvait plus, usant de son pouvoir à l'aveugle.

Les rochers créés par le chat percutèrent différents points de la fumée, la magie traversant avec aise cette substance. L'un d'eux toucha une valve non loin, libérant une vapeur bouillante vers les airs qui dissipa la fumée autour de vous. Les visions n'étaient plus mais un rire agacé se fît soudainement entendre. Vengeance.





??? || danger ★★★☆☆
10pv/10pv — devant vous de la fumée restante emprunte la forme d'un humanoïde d'environ deux mètres, ce dernier visiblement très en colère. Doté de longues cornes trônant sur sa tête, il est capable de charger tel un taureau à une rapidité folle. Méfiez vous de sa force physique importante, qu'il ne vous lance par dessus bord !

Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 25/7/2018, 23:24 ►

La douleur, la tristesse, la peine, la colère. Un flot de regret semblait l’envahir à nouveau, torturant tout son être de l’intérieur. Il avait beau vouloir paraître calme, il sentait ses nerfs se faire piquer mortellement à vif. Il ne pouvait supporter cette situation, son souvenir. Cette illusion lui ressemblait beaucoup trop. Il aurait aimé y croire, il aurait aimé que cela soit possible. Mais il le savait, tout cela n’était que du flan. Un mensonge. Un horrible mensonge qui lui rappelait, ô combien il avait été fautif. Elle ne reviendra jamais. Jamais plus. « Disparais. Va-t’en… » Sa voix était cassée, ses mots semblaient sortir avec difficulté, jusqu’à ce que son esprit, se mette à réagir face à cette bouffé de colère qui l’envahissait. « VA-T’EN ! »  Il ne pouvait plus le supporter, il ne pouvait affronter ce regard, cette présence. C’était trop dur. Ne souffrait-il pas assez ? Chaque jour, son souvenir était comme une déchirure. Même avec le temps, — et malgré les apparences dû à ses sourires —, il n’avait jamais réussi à accepter la mort de sa chère sœur. Ses poings se serrèrent, ses ongles courts s’enfonçant sans vergogne dans sa peau. Plus il serrait, plus les ongles s’enfonçaient, lacérant avec peine cette épiderme à vif. Il ne pouvait rien faire, il n’avait même pas le cœur à abattre cette illusion. Car ça serait comme s’il tuait sa sœur une deuxième fois. L’esprit ailleurs, il n’avait pas encore conscience que le dôme d’encre s’effaçait petit à petit, libérant soudainement ses yeux de la noirceur de cet univers pour retrouver la douce couleur terrifiante du sang. Peu à peu, le visage et le corps se sa sœur disparue avec le décor, laissant Flynn seul avec son ressentiment. Il ne pouvait détourner le regard de ce sort qui disparaissait, son esprit vaquant dans un lointain inconscient. Pour la deuxième fois, elle disparaissait, ne laissant rien derrière son sillage. Pour la deuxième fois, il revivait ses souvenirs forts de sa mort, de son visage inexpressif, de cette vie partie trop tôt. Il ne lui pardonnerait pas. Il ne se le pardonnerait pas.

Levant son visage émeraude, L’explorateur, osa enfin porter son regard autour de lui, constatant que Selden est Istar étaient là, toujours vivant à son plus grand soulagement. Mais surtout, il le vit lui. L’auteur de cette mascarade. Un monstre de deux mètres de haut, fidèle représentation de ce que pouvait être un être maléfique. Tout comme dans les contes pour enfant. Aussitôt, son expression changea du tout au tout. Les sourires calmes et doux semblaient avoir disparus pour laisser la place à un visage froid est colérique. Si ses sourcils n’étaient pas froncés, la lueur dans ses yeux, montraient à quel point, il ne rigolait plus. Il semblait absent, incapable de reprendre contact avec la réalité, malgré les appels de son gardien qui commençait à s’impatienter.

« Eh Flynn ! Réponds oh ! Tu vas bien au moins ? »
« Donne-moi ta force pour le combattre. »
« Hein ? Qu’est-ce que tu… »
« Je t’ai dit de me donner ta force ! Si on ne fait rien, c’est lui qui nous tuera, alors reste pas là à faire des yeux ronds et joins-toi à moi pour lui faire regretter. »

Ne cachant pas son étonnement, Istar observa longuement son humain, avant de se tourner brièvement vers Selden, ne comprenant pas vraiment ce qu’il s’était passée le temps qu’il s’était séparé. Lui qui commençait Flynn depuis son enfance, devait avouer que c’était bien la première fois qu’il lui voyait une telle expression. Et très honnêtement, il ne savait si cela était de bon augure ou non, mais toujours est-il que malgré son incompréhension, il ressentait sa détermination. « Bon, je pense qu’il est temps qu’on passe aux choses sérieuses toi et moi. »  Tout en ponctuant ses paroles, le chat grimpa sans tarder sur l’épaule de son mage, regardant quelques instants le visage de l’explorateur avant de reporter son attention sur le monstre face à eux. « Imagine l’artefact qui te permettra de le décimer. Laisse-toi faire et laisse libre court à ton imagination. »  Hochant la tête, Flynn resta un moment comme fixe, ses yeux émeraude ne quittant pas la créature. Comme guider par un instinct indescriptible, sa main s’éleva alors, tandis qu’une lumière semblait se dresser devant lui. En un instant, une arme se présenta alors à lui, sa forme ressemblant trait pour trait à un Yari. La lance semblait légère et maniable, son embout tranchant et incisif. Elle était parfaite, pour l’utilisation qui lui serait dû. Se mettant en position, Flynn se tourna alors vers le marchand. Si lui était prêt qu’en était-il de son ami ? « As-tu de quoi te battre ? »  Sa voix s’était fait plus froide qu’il ne l’aurait voulu et pour le moment, il était incapable de sourire comme à son habitude. Le sérieux et la colère l’emportant sur le reste.

« Cela m’ennuie de te dire ça, mais si ce n’est pas le cas, reste en arrière, loin de sa ligne de mire. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive quoique ce soit. Surtout qu’il m’a l’air assez costaud.»  
« Faisons-lui sa fête à ce gros tas de masse difforme ! »

Sans attendre de se faire prière plus que nécessaire, Flynn lança alors la première offensive, s’élançant armée de son yari droit sur la créature. La sensation qu’il éprouvait lui semblait étrangement familière et comme guidé par une sorte d’instinct il profita du lien avec Istar pour lancer sa nouvelle affinité avec la terre, usant de l’arme comme d’un réceptacle qui lui permettait à présent de manier le pouvoir de son gardien.




Edit:
 

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Gear ► 25/7/2018, 23:24 ►
Le membre 'Flynn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé Rang I & II' :
Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 26/7/2018, 19:57 ►

One shot !

    Son poing droit allait frapper cette chose. Il n'était plus qu'à quelques millimètres d'y parvenir quand  celle-ci disparut soudainement. Entrainé par la force de son coup qui ne rencontra rien de palpable, Selden perdit l'équilibre avant de chuter en direction de l'un des murs de la coursive. Sonné par le choc, il lui fallut un moment pour prendre conscience de ce qui se passait autour de lui alors.
    A nouveau, tout avait changé. Son père n'était plus, des rochers volaient en tous sens sans qu'il ne sache d'où ils provenaient, un sifflement insupportable s'échappait d'une des valves présentes ici, provoqué par une fuite de vapeur brûlante. Ce flux sembla disperser la fumée noire, et faire cesser les projections de rocs. En constatant cela, Selden prit conscience que ces derniers étaient probablement dus aux pouvoirs d'Itsar. Il ne les avaient jamais vus en action mais ce que le chat et son mage lui en avait raconté suffit à lui permettre de reconnaitre la source de ces pierres.

    Le marchand avait à peu près recouvré ses esprits. Il n'avait pas le temps de réfléchir à ce qu'il venait de vivre, à l'apparition de son père, à ce qu'il s'était apprêté à lui faire. L'introspection viendrait plus tard. Il fallait de nouveau qu'il songe à sauver sa peau et celles de ses compagnons.
    Car si son père n'était plus devant lui, le danger était toujours bien là, sous une forme bien plus terrifiante – si cela était possible – que tout ce qu'il avait jamais vu auparavant. La mâchoire de fumée faisait pâle figure en comparaison de ce colosse qui s'apprêtait à les attaquer : deux bras, deux jambes, une tête, mais rien d'humain. Les deux immenses cornes juchées sur sa tête, sa taille, la couleur de son cuir indéfinie et la force qui émanait de la créature, rien de tout cela ne permettait de pousser plus loin la comparaison. C'était une bête, une chimère en colère, avide de sang et de mort, qui semblait invincible.

    Alors qu'il se relevait, sans trop de peine malgré la vitesse de sa chute, Flynn le héla. Avait-il une arme ? Pouvait-il combattre ?
    Selden orienta son regard vers l'explorateur avant de lui répondre. Et ce qu'il vit faisant face au monstre acheva de le sidérer. Jamais il n'avait vu un mage et son gardien en plein combat ni en plein usage de leur magie. Voir toute cette puissance mystique émaner de son ami l'épatait d'autant plus. L'aura conjointe de Flynn et Istar était rutilante de puissance. Cela redonna toutes ses forces, ses convictions, et sa conscience au marchand. Il acheva de se redresser puis répondit :
    - Je n'ai que mes poings Flynn ! Ça ne servira pas à grand chose ici. Alors allez-y tous les deux : terrassez-le !

    Puis de reculer pour laisser le champ libre à ses compagnons. L'attaque fut rapide et apparemment efficace. Toutes la magie des défenseurs de Selden fut à l’œuvre dans cet assaut.
    Le magnat vit la bête tomber à terre. Aussitôt il s'approcha de la masse immobile qui gisait près de ses bourreaux. Selden regarda la bête, plus Flynn et Itsar, peinant à réaliser – une fois encore – ce qui venait de se dérouler sous ses yeux.
    - Bon sang, Flynn ! Itsar ! C'était prodigieux ! Tout va bien pour vous ? Et est-ce que c'est... Est-ce que cette chose est morte ? Peut-on reprendre notre route ?
     La réalité et le bon sens étaient revenus à lui. Malgré tous les dangers qu'ils venaient d'essuyer, il allait falloir continuer d'avancer en direction de la salle des machines. En espérant que plus aucun obstacle ne vienne à surgir entre eux et leur objectif...


PS:
 

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Monsters ► 29/7/2018, 18:55 ►
Event o1 — Modération !  

La créature usait de rage à votre rencontre, prête à se venger de votre refus de coopérer. Les cornes baissées, pointées dans votre direction, le monstre fonçait alors pour vous charger mais cette tentative fût annihiler avec aisance, un unique assaut de Flynn avait suffit à le faire disparaître aussi vite qu'il était apparu. Malgré tout, un étrange sourire trônait sur sa bouche jonchée de dents aiguisées. Un signe de mauvais augure ?

Chanceux, Selden n'eut pas besoin de se salir les mains pour ce combat, point à ne pas négliger afin de ne pas subir la fatigue. Qui sait ce qui se dissimule dans la salle des machines, après tout ? Pour autant les choses ne sont pas si aisées car un choix se propose à vous. Non loin du duo, des soldats du navire semblent à la recherche de survivants, leur indiquant de rejoindre le devant du Gold. D'ailleurs, un immense dôme de lumière subsiste à cet endroit. Quelle décision prendrez-vous ?


Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 6/8/2018, 17:35 ►

Il sentait le pouvoir s’écouler dans cette arme qu’il tenait avec rage. Il sentait sa puissance, cette force qui semblait le guider, lui donnant la détermination nécessaire pour assouvir sa colère sourde. Il n’était pas question de bonté cette fois-ci. Pas face à une telle créature qui n’avait eu aucun scrupule à lui rouvrir cette plaie, qu’il essayait tant de refermer. S’assurant que son ami soit en sécurité à défaut de pouvoir lancer l’assaut avec le mage, Flynn s’élança alors avec son gardien à ses côtés, profitant de la charge de la créature pour laisser cette puissance s’exprimer, son arme pointant d’un air menaçant le tranchant de sa lame. Des pics de roches accompagnées les mouvements de l’explorateur qui semblait se mouvoir avec une facilité déconcertante. Il semblait concentré, comme si chaque mouvement, été calculé, assuré, mais surtout, il était froid et implacable, comme si, la mort de cette créature était la seule fin possible à cet échange. Ce qui fut le cas. D’un geste, d’un seul coup et unique coup bien placé, la bête disparue alors, ne laissant derrière elle que le sillage de son sourire carnassier. Si cette image avait fait frissonner l’animal sur son épaule, il n’en était rien de Flynn qui avait fait disparaître son arme, son regard se posant alors sans vie sur la porte qui se tenait non loin d’eux. Là salle des machines étaient toujours présentes et maintenant accessible. Était-il toujours raisonnable de vouloir y pénétrer ? Était-elle gardée par d’autres créatures qui n’attendaient que d’éveiller en eux, un passé sombre et douloureux ? Se posant ses questions, Flynn était bien trop préoccupé pour prêter attention aux paroles de son ami qui avait été impressionné par sa performance. Ce qui l’inquiétait plus c’était la provenance de ce monstre et surtout… cette faculté qu’il lui avait permis de faire apparaître des songes d’un autre temps. « Bien sûr qu’on va bien ! Tu crois quoi ? Il n’à même pas eu le temps de nous toucher au vus de notre force combinée ! En tout cas, plus mort que mort, tu ne peux pas faire mieux ! On va donc pouvoir reprendre les recherches ! »

Fidèle à lui-même Istar n’avait pas perdus de temps pour se vanter, son air fier témoignait même de son orgueil qui avait enflé face à tant d’admiration. Mais ce ne fut pas le chat, qui attira l’attention du jeune basané, mais plutôt la voix de soldat qui recherchait activement des survivants afin de les mettre en lieu sûr à l’avant du bateau. Le plus déroutant, c’était ce dôme lumineux qui semblait les protéger de la pénombre dont Flynn et Selden avaient côtoyé un peu plus tôt. Était-ce là, un signe de la providence ? Un signe qui leur montrait la voie à suivre pour ne pas s’enfoncer encore plus dans les mystères qui engloutissaient le gold ? « Si on continue… On ne pourra compter que sur nous-même. Et après notre rencontre avec cette créature, qui sait ce qui pourrait arriver si on ne tire pas cela au clair… » Il était neutre, mais aussi pensif, mais cela n’empêcha pas son regard de scruter son ami, l’inquiétude commençant à doucement revenir pour les siens. « Tu es toujours partant Selden ? Très sincèrement, je comprendrais que tu veuilles te mettre à l’abri et je ne t’en voudrais pas si tu fais ce choix, mais sache qu’on ne sait pas ce qu’on risque de trouver dans la salle des machines, donc je veux que tu réfléchisses bien à tout cela. Je respecterais ton choix quoi qu’il arrive. » Fixant la moindre réaction, le moindre plissement de peau du marchand, Flynn voulait que celui-ci comprenne les enjeux de la situation. Si une créature leur avait fait face, il pourrait très bien y en avoir d’autre dans la prochaine salle et sûrement des plus coriace que la créature de fumée.



HRP:
 
Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 23/8/2018, 11:23 ►

Quand la terreur laisse place à la peur...

    La créature avait bel et bien quitté le monde des vivants. Bien qu'il ne s'en soit douté, Selden n'avait put s'empêcher de demander confirmation au duo responsable de ce coup de maître tant il peinait à réaliser ce qui venait de se passer sous ses yeux. Flynn, son ami de toujours, était donc capable de tant de force : ce constat lui coupait encore le souffle.
    Ce fut Itsar qui le sortit de son hébétude. Le chat avait raison : tous trois pouvaient – non, devaient – continuer leur chemin jusqu'à la salle des machines. Après tant de péripéties et de dangers affrontés, abandonner n'était plus envisageable. Et les forces inconnues qui s'étaient présentées à eux ne pouvaient avoir qu'une seule et unique origine : la salle en question. Selden en était plus que jamais persuadé.

    Quelques soldats passèrent au bout de la coursive, visiblement à la recherche de survivants. Toute cette horreur était donc vraisemblablement présente sur tout le navire. Le dôme lumineux n'attira que peu le regard du marchand. Il était résolu, tout comme Itsar, à aller de l'avant, et les exhortations de Flynn à la prudence n'eurent que peu d'effet sur lui.
    - Flynn, nous n'avons plus le choix, je crois. Il faut continuer. Ne t'inquiètes pas pour moi, je saurais m'en tirer indemne. Et puis... avec le spectacle que vous venez de donner, je doute qu'il y ait encore de quoi s'inquiéter ! Alors allons-y ! La salle des machines ne doit plus être très loin désormais.

    Selden ouvrit la marche mais eut à peine le temps de faire quelques pas qu'un nouvel incident survint.
    La tuyauterie endommagée peu avant recommença à fuir, les sifflets de vapeur bouillante reprenant leur fracas infernal d'une manière plus stridente encore. Le marchand fut contraint de couvrir ses oreilles de ses mains pour atténuer le bruit insupportable.
    Alors qu'il se retournait pour connaitre la réaction de ses compagnons à ces sifflements incessants, l'un des conduits de vapeur grinça avant de rompre, répandant dans la coursive une multitude d'éclats métalliques.
    Selden eut à peine le temps de constater l'explosion que l'un de ces tranchants vint se loger dans son œil droit. La douleur fut aussi affreuse que subite, mais il n'eut pas à la souffrir très longtemps. L'éclat, aussi fin et long qu'une flèche, avait été projeté avec une telle force qu'il n'eut aucune peine à pénétrer plus avant dans la boîte crânienne du marchand.
    Ce dernier s'effondra rapidement et, le temps d'un dernier battement de cœur à peine, partit rejoindre son père, là où les vivants n'ont pas leur place.

    Selden Vestrit n'était plus qu'un corps sans vie gisant sur le sol d'un navire maudit. Lui qui était persuadé de sa réussite proche n'avait pas envisagé une telle fin. Les monstres et les créatures n'avaient pas eut raison de lui, mais le navire semblait s'être vengé de sa chance insolente pour eux comme pour tous ceux – hommes et femmes – qui en avaient fait les frais jusqu'alors.
    Arrogant, perfide, fier : tout cela il l'avait été. Désormais, il n'était plus...



Un dernier petit mot...:
 
Invité
Invité

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Invité ► 10/9/2018, 17:30 ►

Il ne pouvait s’empêcher d’être inquiet pour son ami, de lui faire part de ce sentiment qui l’envahissait tout en l’intimant à la prudence. Il n’était qu’un humain, tout comme lui l’était jadis avant de croiser la route d’Istar. Il n’avait pas la chance d’avoir un gardien à ses côtés, il n’avait que sa seule force et son intelligence pour braver les dangers. Malgré cela, le marchand semblait résolu. Il voulait continuer, donnant même un peu plus appuie aux dires du chat. Il ne pouvait empêcher son ami de suivre sa propre volonté, il ne pouvait le convaincre de ne pas se jeter dans cette gueule béante qui les attendaient, mais il pouvait au moins le protéger à défaut de l’arrêter. Et ce fut avec cette idée en tête que Flynn acquiesça d’un signe de tête, bien qu’au fond de lui, grondait la sensation d’un très mauvais pressentiment. Tournant le dos au dôme lumineux, ils avaient donc décidé de leur plein gré de continuer leur escapade pour découvrir le fin mot de cette histoire, pour affronter ce fléau qui semblait émaner de la salle des machines, mais à peine leur pas furent emboités, qu’un son assourdissant les stoppas dans leur course, obligeant Flynn et Istar à se boucher les oreilles. Il ne su si cela venait d’un semblant de créature ou de la malchance dû à la réaction de l’attaque d’Istar d’un peu plus tôt, toujours est-il que le bruit s’intensifia tellement que l’explorateur eut la mauvaise idée de se tourner vers l’origine du bruit pour en connaître la provenance, son corps ressentant soudainement, de vive douleur semblable à des milliers de couteaux déchirant son abdomen.

Sur le coup du choc, il avait fermé les yeux, ne les rouvrant qu’après quelques minutes quand la douleur le réveilla de nouveau. Quand le flou s’évapora pour lui laisser une vision claire de son environnement, Flynn constata que son ami Selden gisait au sol, un morceau de métal planté droit dans son œil droit. Le pauvre marchand ne semblait plus bouger, ni même respirer. La vie ayant quittée trop tôt ce corps plein d’avenir et de rêve, sans même lui laisser le temps, ni même une chance de survivre à cet assaut imprévu. « Eh Selden… Non… Tu ne peux pas être mort ! C’est impossible ! Pas toi ! Réponds-moi vieux ! Réponds… Argh ! » En tentant de bouger, l’explorateur avait senti un fragment s’enfoncer encore plus dans son abdomen, ce qui l’avait obligée à baisser le regard sur son propre corps. La vision qu’il vit à ce moment-là l’horrifia pendant quelques secondes, comme s’il regardait une scène horrifique. Plusieurs fragments métalliques étaient enfoncés dans sa chair qui était à vif, le sang s’écoulant ainsi calmement comme fuitant de son corps. La douleur était intenable maintenant que son cerveau prenait conscience de sa propre situation. Est-ce qu’il… Est-ce qu’il allait mourir lui aussi ? Regardant un à un les éclats dans sa peau, Flynn en vint à cette déduction, non sans un rire étouffé. Ses organes devaient certainement être touchés et ce n’était plus qu’une question de temps avant de rejoindre son ami dans l’au-delà. Mais avant cela, il allait sûrement se sentir partir, se vider petit à petit de son sang. Quelques parts, Selden avait presque eu de la chance dans son malheur. Cette pensée, l’avait fait sourire, non pas d’amusement, mais d’ironie. Il pensait qu’ils devaient craindre les montres, ou cette chose qui les attendaient dans la salle des machines, au lieu de ça… Ce fut la technologie, la mécanique même qui avait eu raison d’eux. N’était-ce pas une mort des plus stupides ?

Quelques parts, Flynn se demandait si cela n’était pas une illusion, s’il n’était pas encore sous l’affluence du sort de la créature d’un peu plus tôt, mais fort était de constater par la présence des soldats non loin d'eux, que rien de tout cela était irréelle. Au contraire même. C’était bel et bien réel. À la limite du dôme lumineux, les soldats regardaient de loin le duo sans trop réellement oser se rapprocher, craignant que le dôme ténébreux leur offre le même sort que les deux malheureux qui gisait au sol. D’un commun accord, les deux hommes s’en retournèrent à leur occupation jugeant qu’ils ne pouvaient rien faire dans ses conditions, ce qui n’était pas faux cela dit. Après tout, ils devaient accomplir leur devoir n’est-ce pas ? Sentant sa respiration se faire difficile, un goût de sang se répandant dans sa gorge, Flynn déposa sa tête en arrière, une grimace douloureuse déformant son visage. Il n’avait rien pus faire pour son ami, il n’avait même pas pus le protéger comme il se l’était promis. Quel faible faisait-il… « Flynn… » La voix qu’il entendait lui semblait lointain, comme un écho qui diminuait au fur et à mesure qu’il se répétait. Avec une difficulté hors norme, le jeune homme tenta de redresser la tête, remarquant alors son gardien qui se tenait à ses côtés. Il l’avait pensé mort, comme le marchand, son être ayant disparus pour revenir à l’état de pierre, mais ce ne fut pas le cas. Il semblait même aller bien, ce qui le soulagea intérieurement, mais pour combien de temps ?

« Content de voir que tu vas bien… Finalement, tu avais raison… Je suis vraiment nul comme mage… Je suis désolée de t’entraîner avec moi… J’espère que tu me pardonneras. » Sur le coup il semblait souriant, mais plus dans un état de fataliste que vraiment joyeux. Tandis qu’il parlait, une toux vint soudain le prendre, accentuant encore plus la douleur tout en obligeant sa gorge à rejeter des gerbes de sang. Il n’en avait plus pour très longtemps à présent. Il le sentait, ce n’était plus qu’une question de minute. Constatant ce fait et ressentant cette étincelle de vie qui commençait à s’éteindre, l’animal s’avança alors près de son mage essayant de se poser contre son épaule pour s’y installer. Pour la première fois depuis très longtemps, le regard de l’animal semblait être triste, emplis d’une profonde peine qu’il n’arrivait à dissimuler. « J’avais tort… De t’en vouloir, de te reprocher la mort d’Adélise… J’ai eu tort de te traiter comme cela. La vérité, c’est… Que je n’ai pas supporté de la perdre et… Je ne voulais pas souffrir à nouveau à cause de toi ou de qui que ce soit d’autres. J’ai voulu me préserver, mais pour quel résultat au final. C’est plutôt à moi de te demander pardon, d’avoir été un gardien si infect. » Écoutant les paroles du chat d’un air vague, le mage tenta alors de bouger pour laisser sa main atteindre l’animal. Pour la dernière fois, il désirait juste caresser ce pelage noirâtre qu’il avait beaucoup câliné étant plus jeune, pour la dernière fois, il voulait atténuer la peine du chat avec ce simple geste, qu’il essaya d’agrémenter d’un dernier sourire chaleureux. « On n’a pas assuré tous les deux… Dommage qu’on n’ai pas pris le temps de se confronter pour régler cela… Je pense que c’est mon seul regret… » Une nouvelle toux le secoua, sa respiration se faisant de plus en plus difficile tout comme ses paroles. « Istar ?… Merci d’avoir été à mes côtés… et de m’avoir supporté. Merci… Pour tout… » Tout comme son souffle de vie, sa main se relâcha doucement, tombant petit à petit sur son torse qui était à présent inanimé. Regardant son humain aux yeux clos, Istar se releva doucement, son corps s’enveloppant d’une lumière bleutée. Dans un dernier geste, il se positionna contre le torse de son ancien mage, ses yeux se fermant à son tour, pour prendre un repos qu’il savait éternel. « À bientôt… Flynn. ».

Si le gold s’était montrée comme un merveilleux navire reflétant une richesse des plus sordides, il était devenu pour certains un tombeau des plus flamboyants. Ou humain comme mage avait finis par perdre la vie que cela soit contre des fléaux de ténèbres, ou contre les aléas et la malchance de la vie. Pour Flynn Ewiseric et son gardien Istar, la vie s’était arrêté à quelques mètres de la vérité tout comme leur ami Selden Vestrit qui les avaient accompagnés dans cette quête. Trois âmes, que plus rien ne retenait sur les terres de Caelum. Trois âmes qui n’étaient plus que des souvenirs lointains d’une vie à présent passé.  



Dernier ptit mot too:
 
Contenu sponsorisé

III - Quand la terreur, laisse place à la peur. || Selden, par Contenu sponsorisé ► ►