AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
« Il y a bien longtemps avant même que les gens n'habitent dans le ciel. Une guerre terrible éclata entre les hommes et une Déesse malfaisante. Après des combats sanglants, nos ancêtres aidés de Dieu scellèrent le pouvoir de cette Calamité. Puis quittèrent la terre souillée et stérile pour construire leur avenir dans le Ciel. »
Idryss
ProfilMp
Nevyn
ProfilMp
Astrale
ProfilMp
Daraen
ProfilMp
Nayen
ProfilMp
13.10.2018 : OUVERTURE DE LA V2 !
17.08.2018 : FERMETURE TEMPORAIRE DU FORUM.
01.03.2018 : OUVERTURE DE LA V1. ♥
La malédiction de Kur-Kigal - forum rpg

{ Sandro — "Since I cannot prove a lover, I am determined to prove a villain" [FINI]
 :: Zone HRP :: La corbeille :: Anciennes fiches ()
Invité
Invité

Sandro — "Since I cannot prove a lover, I am determined to prove a villain" [FINI], par Invité ► 11/8/2018, 22:47 ►



Sandro Discime
nom : Discime
prénom : Sandro
âge : 27 ans
date de naissance : 17/10
bénédiction : Bourgeon
orientation : Inconnue
région : Falias
métier : Officiellement bibliothécaire, officieusement peintre et faussaire

caractère
Peindre le portrait psychologique de Sandro n'est pas chose aisée et rares sont ceux qui le connaissent assez bien pour posséder l'entièreté des éléments nécessaires à sa conception. Les observateurs du dimanche le peindraient comme ils le voient : un homme sinistre au physique ingrat, incapable de sourire et peu soigneux de sa personne. Il est vrai que le jeune homme n'attire pas la sympathie, mais s'arrêter à une telle description fausserait votre jugement car Sandro est également une personne fidèle et un ami loyal, qui ouvre la bouche uniquement pour débattre de sujets importants à ses yeux et ne se perd pas dans les conventions sociales. Bien qu'il ait du mal à accorder sa confiance à autrui, il ne trahira jamais un ami et se montre généreux avec les personnes talentueuses ou dans le besoin.

Méticuleux dans son travail, il attend la même rigueur des autres. Il ne souffre plus de remarques qu'occasionnent son physique et a fini par les accepter, en rigolant presque. Le jeune homme est loin d'être stupide et préfère la réflexion à l'action, quitte à louper certaines opportunités qui ne se représenteraient peut-être jamais. Il est aussi instruit que pieux et passe régulièrement à l'église pour adresser quelques prières à Niantu, bien qu'il croit être destiné à l'enfer. Il vit dans le passé, n'arrive pas à oublier sa mère et sa jeunesse, ne vit que pour se venger de ceux qui ont critiqué les toiles de sa génétrice avant de les afficher dans leur salon après sa mort. Sandro attend avec impatience le jour où il annoncera à tous ses bourgeois que les œuvres d'Allan Ravel dont ils sont si fiers sont en réalité des faux. Il a passé trois ans à s'entraîner à imiter les œuvres du grand peintre, un artiste ayant vécu il y a environ deux siècles et qui est mort dans l'incendie de son atelier. Lorsqu'il est question de ce peintre, Sandro dévoile une nouvelle facette de sa personnalité : l'expert dans le domaine. La flamme de la passion brille dans ses yeux sombres d'habitude éteints, et il est capable de retracer toute la vie du maître qu'il a tant étudié. Il évite cependant d'aborder le sujet. Il serait fâcheux d'attirer l'attention et qu'on s'intéresse de trop près à lui : il est dangereux pour un faussaire d'attirer l'attention. Voilà pourquoi il se sert d'Aeden comme façade, un être irréprochable que les gens apprécient, contrairement à lui.

histoire
Aeden entra dans la pièce remplie de toiles. En son centre, le pinceau de l'imperturbable peintre terminait un nouveau tableau, "coucher de soleil à Bara", une copie très réussie d'un tableau désormais disparu du célèbre peintre Allan Ravel. Dans quelques semaines, il la mettrait en vente en prétextant l'avoir retrouvée dans le grenier de sa résidence. Les experts n'y verraient que du feu et il gagnerait sans doute un bon petit paquet d'argent.  Le gardien savait que rien ne pouvait tirer son ami d'une telle concentration excepté une seule chose :

- J'en ai trouvé un autre.

Sandro figea son geste, resta immobile un instant avant de se tourner vers le gardien, un sourire aux lèvres.

_______________________

- Tu crois qu'un jour, je pourrai peindre comme toi, maman ?

Le garçon observait sa mère à l'œuvre, assis à côté d'elle alors qu'elle peignait un paysage sorti de son imagination. La mère porta un regard doux vers son enfant cabossé : Niantu avait doté la jeune femme d'un talent certain pour l'art mais avait affublé sa progéniture d'une colonne vertébrale tordu et d'un physique ingrat. À cause de cela, elle devait l'aimer encore plus, lui donner l'amour que les autres ne lui cédaient pas, compenser l'absence de ce père qui les avaient tous deux abandonnés.

- Prends, je vais t'apprendre.

Elle tendit le pinceau à son fils et le laissa s'installer face à la toile commencée. Elle guida son geste en lui contant les âmes des couleurs, les empruntes des pinceaux et les caprices de l'inspiration. Pendant ce temps, le garçon de six ans continuait les motifs commencés par sa mère. Son regard se perdait dans les montagnes d'aquarelles jusqu'à ce qu'elles lui semblent se mouvoir sur le tissu. L'artiste le laissa poursuivre seul, l'observant avec bienveillance :

- Je t'apprendrai à peindre et un jour, le monde entier s'arrachera tes toiles.
- Toi aussi maman tu seras célèbre ! On ira voir ensemble tes peintures au musée !

Elle resta silencieuse, elle n'avait pas le cœur de le contredire.


_______________________

Sandro sortait rarement mais cette fois-ci, il accompagna Aeden. Celui-ci, comme à son habitude, attirait tous les regards avec ses vêtements onéreux et son sourire charmeur. Cela permettait au moins à Sandro de passer inaperçu quelques instants avant que les premiers observateurs remarquent ce bossu aux airs sinistres qui suivait Aeden Cattani comme son ombre. Aux yeux de tous, le gardien était un humain tout ce qu'il y avait de plus normal, un riche mécène qui devait sa fortune à des toiles de maîtres trouvées dans son grenier. On raconte qu'il serait le descendant caché du célèbre peintre Allan Ravel, dont il vendait régulièrement les œuvres qu'il possédait. Voilà le mensonge que le duo d'escrocs avait répandu, une manière plus facile de vendre les faux que Sandro peignait.

La maîtresse de maison accueilli les deux compères dans le bureau au centre duquel siégeait fièrement l'objet de leur convoitise. Sandro observa la toile avec nostalgie alors qu'Aeden discutait de son souhait d'acquérir l'œuvre. Le bossu ne prononça qu'un mot :

- Combien ?

La propriétaire afficha un sourire malicieux, s'emporta dans un discours sur la rareté des toiles de cette artiste et des difficultés qu'elle avait eu pour l'acquérir. Finalement, le prix tomba : 40 000 Caelis.

_______________________

Ce jour-là, il était rentré plus tôt de l'école. Sandro avait 15 ans et ne fréquentait guère plus les bancs de l'école, préférait s'occuper de sa mère rongée par un mal vicieux. Elle s'affaiblissait de jour en jour et le traitement coûtait cher, trop cher. Alors, pour gagner l'argent nécessaire, elle dépensait ses dernières forces à peindre de nouvelles toiles jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus. Quand elle s'effondrait, Sandro reprenait la main et continuait l'œuvre inachevée. Durant dix ans, il avait parfait sa technique et possédait un style si semblable à celui de sa mère qu'il aurait été impossible de différencier leurs toiles. Il acceptait des commandes, les réalisait et signait au nom de sa mère pour lui éviter des dépenses d'énergie inutiles. Il connaissait chacune des toiles de sa génitrice mais celle qu'il découvrit ce soir-la sur le chevalet lui était inconnue. Elle représentait un jeune homme magnifique, possédait les yeux de Sandro, ses cheveux, ses traits... tous sublimés. Le titre de l'œuvre : "Désiré". L'enfant désiré...

Sandro s'enfuit sans demander d'explication, voulant se perdre dans les montagnes et y mourir. C'est par hasard qu'il découvrit une Eärendil de laquelle jailli le jeune homme du tableau, dont le visage ne quittait plus l'esprit du jeune homme.


_______________________

- Ça fait combien ?
- C'est le vingt troisième, annonça Sandro alors qu'il accrochait de le tableau à côté des autres.

Il se rappelait du jour où sa mère l'avait peint, une journée d'hiver alors que la tempête faisait rage au dehors. Il porta son regard vers une autre toile, puis encore une autre... Toutes signées Eleyn Discime. À la mort de sa mère, Sandro avait été contraint de vendre pour une bouchée de pain toutes les toiles qu'elle avait gardées chez eux. Quand il eut rejoint la capitale et rassemblé de l'argent, il avait voulu les récupérer mais elles avait été éparpillées aux quatre coins de Caelum, perdues chez un particulier ou oublié dans un grenier.

- Et il en reste combien à trouver ?
- Septante-neuf...

Aeden soupira.

- C'est de plus en plus difficile de mettre la main dessus et de plus en plus cher. Tu penses, les propriétaires ont compris qu'on était prêt à payer des fortunes pour les récupérer. Elles prennent de la valeur grâce à nous.

- Et bien on va se faire plus d'argent. Je travaille déjà sur la prochaine toile de notre ami Ravel. Elle devrait nous rapporter une petit paquet de Caelis.

Il observa une dernière fois les vingt trois toiles avant de quitter la pièce. Il allait réunir les 102 peintures que sa mère avait réalisées au cours de sa vie et quand ce sera fait, il ouvrira un musée en son nom, pour que chacun puisse admirer les tableaux qu'ils méprisaient lorsqu'elle était encore en vie.

anecdotes
Sandro est bossu et possède une jambe plus courte que l'autre - est croyant et prie régulièrement - adore le sucre - a mis au point un langage gestuel avec Aeden pour qu'ils puissent communiquer discrètement sans se parler - vit à Majoris - préfère les animaux aux humains - a d'ailleurs réussi à apprivoisé une fouine qui nichait dans le grenier - l'a sobrement appelé Fouine - possède deux étagères remplies d'origamis créés par son gardien - voyage souvent entre les régions pour vendre ou acheter des tableaux - apprécie la musique sans savoir jouer d'un instrument - travaille bénévolement à la bibliothèque de Majoris trois jours par semaine et en possède la clé - ne peint jamais de portraits - s'informe régulièrement sur les dernières explorations - a peur de l'eau et plus particulièrement des puits - peint quelques toiles de sa création sous le pseudo de "Dante".








Aeden
nom : Aeden (mais Sandro le surnomme Désiré, comme le tableau duquel il est tiré)
pouvoir : papier
arme : une chevalière
sexe : masculin
genre : humanoïde
âge : 12 ans
opinion : Sandro et Aeden sont opposés en tout : le mage est taciturne, rancunier et réfléchi quand le gardien est expansif, social et impulsif. Voilà peut-être pourquoi les deux compères ont eu tant de mal à s'entendre au début. Sandro rejetait le gardien à cause de son physique, représentait celui qu'il ne serait jamais et le garçon que sa mère aurait souhaité avoir pour fils. Les années passèrent et finalement, le peintre désire qu'Aeden vive la vie qu'il aurait souhaité avoir. Le gardien veut aider son ami à tout prix, est très protecteur envers lui, a fini son éducation et le pousse à s'ouvrir au monde. Désormais, ils sont très complices et Sandro se confie régulièrement à lui, la seule personne en qui il peut vraiment avoir confiance. Aeden en veut quelque peu à Sandro qu'il ne lui laisse pas utiliser ses pouvoirs en public car il adore les utiliser mais il sait que c'est pour la bonne cause. Si quelqu'un apprend qu'il est le gardien de Sandro, leur arnaque serait rapidement découverte et s'en serait fini de leur liberté.
extraverti - social - empathique - attentionné

hypocrite - moralisateur - dramaqueen - influençable








derrière l'écran
Hellow, c'est Cassydie ♪






Invité
Invité

Sandro — "Since I cannot prove a lover, I am determined to prove a villain" [FINI], par Invité ► 11/8/2018, 23:26 ►
Rebienvenue. ♥️
Et quelle plume, douce, mesurée ?? Les mots s'écoulent fluidement, sans raccrocher, c'est vraiment agréable à lire. C'est vraiment rare de voir un personnage avec un physique atypique, et je trouve que c'est vraiment bien exploité. Excellente relation avec son gardien, soit dit en passant. En plus de ça, le caractère est nuancé comme il faut, pas manichéen du tout, c'est vraiment une réussite.
J'adore vraiment ton perso. ♥️
Invité
Invité

Sandro — "Since I cannot prove a lover, I am determined to prove a villain" [FINI], par Invité ► 12/8/2018, 00:06 ►
Haaaaan Hizaki, trop de compliments, tu vas me faire rougir Excited Merci beaucoup ! J'espère arriver à jouer le personnage comme je l'imagine ~
Invité
Invité

Sandro — "Since I cannot prove a lover, I am determined to prove a villain" [FINI], par Invité ► 12/8/2018, 14:35 ►
bienvenue ô jeune aventurier(e) !

hola camarade ! Bon j'adore ce personnage. Le fait que de physique il soit atypique, déjà je mets un énorme pouce en l'air. Peu de gens osent le faire et là, le rendu avec le gardien est so perfect. L'histoire avec le peintre et sa mère est elle aussi hyper originale, j'adhère et je suis content de voir ce personnage pointer le bout de son nez. Tu es validé. Tu peux dès à présent recenser tes avatars (www), créer ta fiche de lien (www), et rechercher un rp (www) !

que l'aventure soit avec toi !



Contenu sponsorisé

Sandro — "Since I cannot prove a lover, I am determined to prove a villain" [FINI], par Contenu sponsorisé ► ►