AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
« Il y a bien longtemps avant même que les gens n'habitent dans le ciel. Une guerre terrible éclata entre les hommes et une Déesse malfaisante. Après des combats sanglants, nos ancêtres aidés de Dieu scellèrent le pouvoir de cette Calamité. Puis quittèrent la terre souillée et stérile pour construire leur avenir dans le Ciel. »
Idryss
ProfilMp
Nevyn
ProfilMp
Astrale
ProfilMp
Daraen
ProfilMp
Nayen
ProfilMp
ANNONCES :
20.11.2018 : INSCRIPTION ANIMATION #01 !
13.10.2018 : OUVERTURE DE LA V2. ♥
La malédiction de Kur-Kigal - forum rpg
dabberblimp"

{ Fonctionnement de l'animation.
 :: Falias :: Ville de Manest :: Cathédrale de glace :: Le bal du Flocon ()

Fonctionnement de l'animation., par Gear ► 26/11/2018, 16:12 ►
La fête du flocon
fonctionnement
C'est ici que débute le bal ! Comme annoncé lors de votre inscription vous avez tous été conviés pour venir profiter de la fête. Les personnes n'ayant pas les moyens d'avoir une tenue adéquate se verront en recevoir une, ce soir pas de jaloux ! Les portes du palais sont ouvertes et vous serez conviés dans la salle prévue pour les festivités dès lors que vous montrerez l'invitation aux gardes présents. A savoir que la surveillance est très importante et les rondes nombreuses. Il n'y a aucune zone privée pour les nobles ou bourgeois, tous sont logés à la même enseigne, de même pour les dirigeants.

Le fonctionnement est simple, il vous suffit de poster à la suite de ce message votre arrivée puis de vous rendre dans le post Rp préalablement ouvert où votre nom figure. Le bal étant masqué nous nous sommes chargés de créer les duos pour pimenter le tout. Il y aura des interventions générales pour tout le monde mais pas que. Sachez que le staff jouera certains protagonistes pour venir vous embêter un peu ! Amusez-vous bien !

Rappel : N'oubliez pas de privilégier les Rp(s) courts pour plus de facilité. 8D
© Le staff de Gear. Toute reproduction est formellement interdite.Codage par Astrale aka. Alcyon.

avatar
Vériel
Vériel

Fonctionnement de l'animation., par Deeryn ► 27/11/2018, 02:47 ►

Bal du Flocon

Le Bal des Flocons... J'étais plutôt surpris que Deeryn avait été invité tout juste au moment qu'il a obtenu son nouveau poste. J'aurais pu rester derrière comme les festivités des mortels ne m'intéressait point... Mais je me devais d'au moins garder un œil sur mon mage dissident... Tout du moins essayer. Alors que nous arrivâmes, Deeryn descendit, ayant son uniforme militaire tout neuf sur le dos, une grande cape fourrure blanche comme neige sur ses épaules, et son masque qui, en fait, était sa visière de protection pour évité de finir aveugler. Quant à moi j'étais vêtu comme d'habitude, de toute façon, Deeryn a pu perversement attester qu'il s'agissait en quelques sortes d'une seconde peau... Néanmoins, j'avais un masque, celui-ci. Je le trouvais très joli. Il aurait été encore plus joli s'il aurait été procurer d'une autre manière... Alors que j'allais le suivre, sortant du véhicule, je vis un océan d'invités qui étaient tous joliment vêtus! J'étais si intimidé par la magnifique vue, si bien que je n'avais pas remarqué la main blanche ganté de mon lié tendu en ma direction jusqu'à ce qu'il m'adressait la parole.

« Allons Vévé ~ N'ai pas peur tu ne feras pas tâches dans l'assembler promis!

Je descendis à mon tour... Effectivement tel qu'il l'a dis je ne ressortais pas tant du lot. Car il n'y avait pas que des humains, mais leur gardiens également. J'étais encore en pâmoison face aux nombreux convives et à la magnificence du palais de Falias que mon mage dû tirer sur ma manche pour que je daigne lui accorder une attention.

« Hey! Hey! T'as vu Vévé? Le masque là-bas! Tu le reconnais? Et celui-là aussi! Ah puis celu--

« Oui, oui c'est bon... Je les reconnais...

Répondis-je avec nonchalance mêlé à du dégoût... Ce jour là où on est aller me procurer mon propre masque. "Procuré" *tché* plutôt voler oui! Mon mage se mit sagement en file en me traînant doucement. Il sortit l'invitation et attendant que la file avance. Le jeune homme salua quelques inconnus ici et là. Comme ça, au hasard, dans la foule... Après une bonne vingtaine de minutes nous avions put entrer dans le hall à notre tour...





Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Haura
Haura

Fonctionnement de l'animation., par Nayen ► 27/11/2018, 03:05 ►
À bord d’un vaisseau de luxe, Nayen fut le capitaine chargé de l’escorte des hauts individus d’Idye en direction de Falias pour y célébrer la fête du Flocon. Il prit cette responsabilité comme étant un véritable honneur. Ses capacités en tant que capitaine avaient été reconnues et il pouvait désormais compter sur la confiance de ces hommes et femmes de pouvoir. Haura, bien sûr, prit la grosse tête pour son humain, fière de lui. Elle était telle une mère éblouie par les exploits de son fils. Le voyage se fit sans encombre, à son plus grand soulagement. Avec tous ces pirates aux alentours, il se devait d’assurer la protection de ses influents passagers. Il n’imaginait même pas le scandale que cela ferait s’ils étaient attaqués par ces impitoyables voleurs.

Arrivés au bal, lui et son vice-capitaine y furent invités. Tous deux portaient leur uniforme d’apparat blanc aux accessoires dorés, avec le masque fourni par leur supérieur. Ils se séparèrent et se mélangèrent à la foule déjà présente. Posée sur l’épaule de son mage, Haura portait également un masque. Elle souhaitait absolument participer à la fête comme tous les autres. Trouver un accessoire suffisamment petit fut quelque peu compliqué, mais ils finirent par trouver un masque pour chat. Nayen avait du mal à croire son existence. Néanmoins, la gardienne se lassa rapidement et quitta son perchoir, désirant explorer les alentours, curieuse. Ils furent ainsi séparés.

Masque:
 



Nayen #0099CC
Haura #33CC99
Tessissamess
avatar
Aslan
Aslan

Fonctionnement de l'animation., par Mama ► 27/11/2018, 05:56 ►
Telle une reine, la femme d’affaire fit son entrée dans la prestigieuse cathédrale de glace. Elle fit exprès de se présenter plusieurs minutes en retard, dans le but que son entrée soit remarquée. Ce fut le cas. Impossible de ne pas distinguer la flamboyante robe rouge ainsi que sa coiffe des plus avant-gardiste. Elle se devait être digne de ce bal et surtout, de sa réputation. Certes, ces ensembles tout simple avaient leur charme, mais cela manquait cruellement d’originalité. Pour cette soirée annuelle, la dame avait passée de nombreuses heures à sélectionner les plus beaux tissus et accessoires composant son ensemble. Elle n’était pas déçue du résultat. Non. Elle était fière de dépasser les limites, une fois de plus.

Elle se fit un chemin dans la salle, secondé de son bien aimé gardien, son seul garde du corps pour la soirée. La proxénète avait plus que confiance en lui pour l’exécution de cette tâche. Aslan était complètement vêtu de noir, telle l’ombre de sa mage. Seul le masque doré allant de pair avec celui de la femme attirait l’attention.

Ensemble de Mama:
 
Masque d'Aslan:
 


#660033/#006666

Fonctionnement de l'animation., par Selden ► 27/11/2018, 08:24 ►

Au bal masqué, ohé ohé !

    Du blanc, rien que du blanc, de la tête au pieds.
    Selden avait longuement hésité en choisissant la tenue qu’il porterait pour le bal du flocon. Lui qui était habituellement vêtu de manière extravagante avait eut du mal à réprimer ses habitudes, son goût pour ce qui brille, ce qui éclate aux yeux des autres.
    Après de longues réflexions, il avait opté pour une tenue qu’il n’avait portée qu’une seule fois par le passé, pour une autre soirée publique. Il se rappela, non sans sourire, l’inauguration de ce navire auquel il avait été convié, quelques années plus tôt, et où il avait bien faillit tout perdre.
    Laissant de côté ces souvenirs qui lui rappelaient ses débuts, il quitta sa chambre d’hôtel vêtu, donc, de blanc, rien que de blanc, de la tête au pieds. Seul son masque ne suivait pas parfaitement cette description. D’un couleur ivoire très pâle, il faisait ressortir son visage et ses cheveux blonds qui sortaient de son chapeau – petit et sobre comparé à ceux qu’il portait au quotidien. Mais, surtout, une larme peinte à la main, rouge rubis, comme à l’instant sortie de l’œil gauche du masque, venait casser l’aspect immaculé de son ensemble.
    Cela attirerait les regards. Peut-être.

    Il se rendit à pied de son hôtel jusqu’à la cathédrale de glace, traversant la ville de Manest tel un paon faisant la parade, et profitant des vertus vivifiantes du froid qui régnait toujours sur cette ville.
    Il regretta d’avoir décidé de marcher pour y aller tant il était frigorifié en arrivant devant les portes du palais. L’attente dura quelques minutes qui en parurent cent – il y avait foule – avant qu’il ne puisse pénétrer dans l’édifice et profiter de la chaleur qui régnait à l’intérieur.
    La salle de bal était immense et bondée. Selden regretta que tous portent un masque. Il aurait put y repérer quelque personne d’influence avec qui faire affaire, mais il se ravisa rapidement. Le hasard guiderait les rencontres de ce soir. Le hasard et la chance qui, depuis de longues années, lui souriait.

Fonctionnement de l'animation., par Ephrem ► 27/11/2018, 16:43 ►
Il ne se rendait que très peu souvent à Manest, et à vrai dire il sortait rarement de Caelfall. Lorsque sa peau croisa la température glaciale de la ville, Ephrem eut du mal à avancer sans trembler comme une feuille. Il avait pourtant enfilé les vêtements les plus chauds qu'il avait, à croire qu'aucune région en Caelum n'égalait la froideur de Falias. Un costume et un masque lui avaient été prêté à l'occasion du bal, et le jeune homme se sentait assez mal à l'aise. Il n'avait jamais été à un événement d'une telle ampleur, et seule la curiosité à la réception de l'invitation l'avait poussé à venir.

Arrivé à la cathédrale de glace, il fut surpris par l'architecture du bâtiment, mais aussi par le monde présent à la salle de réception. Il tenta de distinguer quelques visages, mais cela était impossible, les masques étaient travaillés de sorte à ce que l'on ne puisse pas deviner qui se cachait derrière. Le sien était noir, brodé de fil d'argent, tout comme son costume qui était des mêmes couleurs. Il hésita encore quelques instants, contemplant la grande foule, avant de se fondre dans la masse pour y trouver sa place.

Fonctionnement de l'animation., par Idryss ► 27/11/2018, 17:03 ►


Le bal du flocon
feat everybody

Le duo n'allait manquer cela pour rien au monde. Les invitations pullulaient au château ce qui attira sans mal l'attention du général. Une visite à Falias sans avoir à se farcir une messe ou des courbettes politiques ? Le refus était indiscutable. C'était en compagnie des hauts placés d'Eriu qu'ils étaient venus dans cette nation, le trajet ayant été des plus barbant ils avaient réussi à se retirer de la masse, se rendant au bal de manière plus incognito. Voyons quel genre de personne ils allaient pouvoir rencontrer. Bras enlacés ils se rendirent sur place tel un couple de bonne famille.
Il n'était pas général, elle n'était pas une gardienne. La tenue d'Idryss se voulait plutôt sobre, un simple costume noir de jais et une chemise blanche bien qu'un long manteau bleuté surplombé d'une fourrure blanche venait agrémenter le rendu d'une touche de folie qui le caractérisait bien. Son visage était dissimulé derrière un masque de glace cachant son faciès dans son entièreté. Lou avait opté pour une longue robe noire cette dernière échancrée le long de sa jambe droite et composée d'un décolleté mettant en valeur ses formes.

Un soupir s'échappa des lèvres fines de la belle tandis qu'il prenait le temps de montrer leurs invitations. « Pourquoi suis-je obligée de porter cette chose ? » De sa main elle vint replacer son masque www. « Je ne veux pas que les gens fassent un lien entre nous deux. Ta splendide création me va à ravir mais il serait bon de nous émanciper un peu Lou. » Ils entraient à l'intérieur quand la gardienne retira son bras du siens pour prendre les devants. « Soit, bonne soirée l'homme libre. » Le mage laissa fuir un rire en guise de réponse à cette remarque.



avatar
Aeden
Aeden

Fonctionnement de l'animation., par Sandro ► 27/11/2018, 18:28 ►
Jamais Sandro n'aurait imaginé se retrouver à la fête du flocon de Manest, mais Niantu (ou plutôt Aeden) en avait décidé autrement. Mal à l'aise dans son costume noir, il observait chaque convive avec anxiété alors que le gardien à ses côtés semblait à l'aise comme un poisson dans l'eau. Depuis qu'il avait reçu l'invitation quelques semaines plutôt, il ne parlait que de cela, avait passé des jours à confectionner un masque de papier grâce à ses pouvoirs, effectuant des dizaines de tentatives qui s'entassaient lamentablement sur le sol de leur appartement à Caelfall. Sandro lui avait donné un coup de main, peignant les détails de l'objet pour le rendre unique et remarquable. C'est donc une véritable oeuvre d'art qui cachait partiellement le visage d'Aeden, tout souriant dans sa tenue bleu glace. Il en avait confectionné un pour Sandro mais celui-ci avait décliné l'offre, se contentant d'un masque simple que l'on trouvait dans tous les commerces de la ville depuis quelques jours.

- Je suis sûr que tu t'amuseras un peu. Et puis, ça te permettra de rencontrer des gens.

Sous son masque, Sandro leva les yeux au ciel. La volonté de son gardien de le sociabiliser était insupportable et il aurait préféré travailler sur ses tableaux plutôt que se retrouver ici. Mais son ami était têtu et lui avait dégoté invitation et tenue avant qu'il ait eu l'occasion de protester. Alors le bossu se contenterait de faire profil bas et d'observer, comme à son habitude.

Après plusieurs minutes d'attente dans le froid typique de Falias, celui dans lequel Sandro avait passé toute son enfance, les deux compères furent autorisés à entrer dans la cathédrale de glace pour y découvrir un monde de luxe. Sidéré, Aeden observait la scène avec un large sourire, prêt à se jeter dans la fosse alors qu'à l'arrière, le peintre soupirait en regrettant d'avoir cédé aux caprices de son compagnon.


Masque d'Aeden:
 

Celui de Sandro:
 

Fonctionnement de l'animation., par Daraen ► 27/11/2018, 22:18 ►
La question qu’il se posait ne cessait de tourner en boucle dans sa tête. Qu’est-ce qu’il fichait ici ? Son assistante avait beau lui expliquer par A plus B qu’il se devait d’être présent au vu de son rôle et de sa prestance au sein de Majoris, il ne comprenait toujours pas ce que sa présence pourrait apporter à cette stupide futilité, surtout avec le port du masque qui était obligatoire. « Un homme de votre importance, se doit de faire honneur à votre pays ! Vous devez faire honneur à notre savoir ! Vous en êtes le digne représentant après tout. » Voilà ce qu’elle ne cessait de répéter inlassablement, comme si ses mots suffiraient à donner un élan d’envie chez le jeune Merikenwerd. Pourtant, son constat restait inchangé, et ce, depuis qu’il avait reçu cette invitation de mauvais goût. Il n’aimait pas danser, ou tout du moins, il ne savait pas le faire. Et il aimait encore moins se confronter à la foule, surtout que dans ce genre de soirée elle était des plus denses. Et surtout, il détestait être séparé ainsi de son éternelle blouse. Troquer celle-ci contre un costume flambant neuf avait été de trop, mais face au regard noir et meurtrier de son assistance, il n’avait pus se résoudre à se débattre éternellement. Alors il était là, habillé d’une chemise blanche, survêtue d’un veston noir, une veste en queue-de-pie ornant ses épaules de scientifique. Un pantalon noir élégant, recouvrait ses jambes, ses pieds se retrouvant imbriqués dans ses chaussures inconfortables qui lui déplaisait. Son masque blanc quant à lui, couvrait jusqu’à son front, entourant ses yeux, — qui ressortait grâce au contour noir — pour recouvrir son nez, plongeant comme un bec-de-corbeau. C’était bien la seule chose qui se démarquait chez lui.

« Regardez-moi ce monde ! Je suis sûre que cela va vous faire le plus grand bien ! Vous ne cessez de travailler comme un forcené ! Une petite pause ne vous fera pas de mal ! » Pendu à son bras, son assistante semblait s’émerveiller sur ce spectacle qui se dessinait sous ses yeux brillants. « Oh mon dieu, c’est tellement beau ! Profitons-en et allons-nous amuser en toute quiétude ! » Un mélange de couleurs et de dorures s’assemblait pour faire foi de la richesse des lieux. Chose qui ne tarda pas à faire grimacer le pauvre scientifique qui n’avait envie que d’une chose. Rentrer chez lui. « Je ne suis pas franchement convaincu… Est-ce qu’on peut réellement se permettre de… Gloria ? » Son regard s’était détourné une seconde et comme à son habitude, cette seconde avait suffi pour que la jeune femme disparaisse dans les méandres de l’absentéisme. Soupirant de contrarié, Daraen dû se faire une raison. S’il avait le malheur de partir sans elle, il ne cesserait d’en entendre parler jusqu’au prochain millénaire. Étant obligé de prendre son mal en patience, le jeune homme décida de se déplacer pour partir à la recherche d’un coin tranquille. Ayant guère l’envie de se mêler à cette ambiance de festivité.
avatar
Eris
Eris

Fonctionnement de l'animation., par Markus ► 28/11/2018, 00:40 ►
Il se délectait allègrement de l’ironie de la situation.
Un large sourire étirait ses lèvres, invisible sous son masque. Son visage était entièrement recouvert d’un masque épais, dont l’expression placide était accentuée par l’absence de nez et de lèvres. Seul son œil droit se découpait derrière le masque d’argent strié d’arabesques, son œil gauche dissimulé sous les paupières closes de ce second visage. Sa tenue était à l’image de son masque : les contours d’une chemise de soie blanche aux motifs argentés se dessinaient sous son jabot en dentelle. Une veste en velours noir et cousue de motifs dorés couvrait ses épaules, doublée de soie pourpre. Son pantalon sombre et ses bottes complétaient sa tenue. Derrière-lui se dessinait l’ombre d’une femme à la silhouette agréable. Un masque doré couvrait le haut de son visage. Deux lignes se découpaient à la surface de ce visage sans peau, encadrant ses grands yeux rougeoyants. Une fleur rouge était posée sur sa tempe, à demi-dissimulée par le tricorne bordeaux qui trônaient sur ses cheveux bruns. Une robe noire et rouge épousait les lignes de son corps : le décolleté droit de son corset rehaussait ses formes, tandis que son col large dévoilait allègrement sa nuque. La dentelle en froufrou de ses manches couvrait ses poignets, dévoilant les gants de satin noir qui recouvraient ses mains. Étroite à la taille, la robe s’évasait au niveau de ses hanches. Elle ne prononça pas un mot, un sourire charmant et énigmatique sur ses lèvres carmin.

Markus présenta son invitation sans un mot, Éris ne détachant pas son regard du garde qui vérifiait leurs papiers. Quand celui-ci leva enfin le nez de l’invitation — identique à toutes celles qui avaient circulé à travers tout Caelum — il adressa enfin un hochement de tête à Markus. Cette approbation silencieuse obtenue, Markus offrit son bras à Éris. La main gantée de satin de sa gardienne se posa délicatement sur son bras, et sans un mot, les deux compères pénétrèrent à l’intérieur de la cathédrale de glace.
avatar
Gabriel
Gabriel

Fonctionnement de l'animation., par Armand ► 29/11/2018, 22:22 ►
Le bal du flocon —

C'est seul et visible de tous qu’apparaît Gabriel dans la place. Vêtu d'une grande veste blanche, il ressemble presque à un humain comme les autres. Presque. Car il a un grand pouvoir, utile dans de nombreuses situations. Il peut camoufler ses ailes constitués d'ombres, ses cornes. Mais pour son teint pâle et blafard, ses yeux lugubres et ces marques vertes sous ses yeux, il ne peut rien faire de plus. Alors, pour apparaître ainsi en public, il lui faut une occasion particulière, et le bal du Flocon est une occasion en or. Sa peau aux couleurs irréelles passent pour du maquillage, un masque blanc comme un os dissimule avec aisance ce qu'il ne peut camoufler sur le haut de son crâne. Enroulé autour de sa taille, sous ses amples et longs vêtements, sa queue est totalement invisible. D'un geste de la main, il salue poliment les vigiles à l'entrée et montre son invitation dans un fin, très fin sourire. Car Gabriel ne sait pas vraiment sourire sans se montrer un peu inquiétant, alors il se contente de léger mouvement de lèvres. Il rentre dans la salle principale sans adresser un seul regard à la beauté des lieux à laquelle il ne trouve qu'une froide prétention. Il observe la masse grouillante devant lui soupir un instant. "Que la fête commence."




Le bien ? Le mal ? Des concepts fallacieux, rien de plus. Car la justice n'est pas une notion arbitraire, elle n'impose pas ses lois équitablement envers tous les hommes. Car la justice appartient aux vainqueurs, non aux vaincus.

Fonctionnement de l'animation., par Astrale ► 30/11/2018, 16:34 ►
Le bal du flocon
"Everybody knows that the dice are loaded, everybody rolls with their fingers crossed, everybody knows the war is over, everybody knows the good guys lost, everybody knows. (song)"
Verres. Verres brisés.
Solitude,
Une foule de solitudes,
De fastes vertiges sacrifiés par l’opulence d’un royaume qui s’éprenait à reconnaître chaque année sans jamais songer à grandir,
Falias.

Le crépuscule est étrange ce soir, il a ces couleurs silencieuses des empires qui s’écroulent au renouveau ; des nébuleuses pulsent sous les nuages, des petites anathèmes roses qui n’éclosent que le soir mais se trouvent pourtant là bien lasses, raidies par les lumières de la ville et le noir pressant de la nuit tardive ; le soleil restait haut dans le ciel depuis quelques heures déjà, s’égarait à fleurir sur la neige des oranges aux couleurs sidérales, et sans doute aurait-on pu le penser miraculeux si on s’égarait à croire aux hasards de la nature,

Il y avait là le cataclysme, l’éternel héritage des tombeaux ouverts au milieu des plaines et figés dans la glace,
Il y avait le bal du flocon, une éphémère virgule au milieu des montagnes et du rien, une assemblée de coeurs humains et de démons cyrénéens,
Il y avait une âme solitaire, perdue au milieu de la foule, innocemment belle comme toujours,
Il y avait toi, Astrale.

Tu étais belle, sans un doute. Les fleurs céruléennes éclosaient par touches sur tes boucles sombres. Tu avais teint ta chevelure d’acajou pour l’occasion et les lippes ouvertes tombaient sur la courbe de tes épaules ; tu conservais sur le visage cette prestance un peu arrogante que tu ne pouvais pas cacher et qu’à vrai dire tu n’avais pas tout à fait essayé de dissimuler. Le Haut Rang, diraient-ils. Plutôt de l’ignorance pour toi, Astrale. Des émotions contradictoires et épistèmes que tu avais noué comme un joli bouquet entre tes paumes puis que tu avais attaché à la chute de tes reins – des ancolies battantes contre la tempête du roulement de tes hanches et des bottines sur le sol lustré.

À tes côtés, Saowin était beau, lui aussi, mais d’une beauté un peu carnage, de cette magnifique tempête contenue dans le haut de ses mains ; chacun de ses pas érodaient cette patience savamment construite, cette tolérance certaine qu’il avait appris à éprouver envers les mœurs de la Cour,

Vous êtes duo, comme à votre habitude.
Vous êtes facettes, némésis avides forgées dans une jasques de célestines, deux nébuleuses un peu maladroites jointes par vos  abymes, votre féroce envie de vivre – un jour de plus.
Une nuit de plus, même lors d’une soirée à priori aussi ennuyeuse que ce bal du flocon ; le crépuscule tombera bien un jour, te murmures-tu – et, s’il ne se décidait pas à s’inviter au-dessus d’un ciel d’orage, sans doute monteras-tu jusqu’aux étoiles pour en draper la nuit par toi-même.

Que tout cela est puéril, te murmures-tu alors que tes deux nébuleuses déjà s’égarent sur les premiers invités du bal. Tu sais que la fête ne résoudra ni les tensions entre les pays, ni celles au sein des cœurs ; tu sais aussi que tu te dois d’y assister pour des desseins qui ne seront jamais tiens. Ta main hâlée saisit les doigts de Saowin un instant et c’est l’ensemble de ton corps qui s’élance à la suite de ton gardien ; d’abord la carne hâlée puis les os, ton indivisible squelette de fougue et d’orgueil ;

Vous vous avancez, vous êtes seuls au milieu de la foule ; tes pieds se posent sans hargne sur le sol mais un asphodèle s’invite dans tes iris, comme si tu t’apprêtais à vivre de toutes tes forces et à mourir à la fois. Tout se presse, tout hurle autour de vous mais rien ne vous paraît que silence, la glace étouffe les coeurs et elle s’élance bien au-delà des cimes humaines, les cils se saisissent de givre, les murmures se taisent, se tournent au creux d’eux-mêmes...  Sans doute te serais-tu à ton tour sentie minuscule, Astrale, si tu n’avais pas grandi les yeux tournés vers les nébuleuses et n’avais pas tant et tant de fois grimpé les branchages de la Rose Rouge jusqu’à ce que la hauteur ne t’impressionne plus.

Après quelques mètres tu t’arrêtes, observe sans te dissimuler le spectacle qui s’offre à toi ; serre un peu plus fort la main de ton gardien au creux de la tienne, à défaut de pouvoir lui offrir quelque réconfort qui siérait bien mieux à son regard –tu sais qu’il déteste s’éloigner de toi.

— Je vais te laisser quelques instants. Je crois reconnaître certains visages à saluer. (Tu souris, mais ton visage n’esquisse désormais plus que le jais de l’arrogance). Ce qui montre l’efficacité des masques, n’est-ce pas ?

Une grimace nacrée éclot sur la gorge de Saowin mais se refuse à tordre tout à fait ses lèvres lorsque tu te délaces de sa main ; et, en retour, c’est navrée que tu te glisses vers un homme que tu crois reconnaître. Un dignitaire surement, l’un de ces types mariés et bien casé dont le coeur fondra pourtant sans pudeur devant les ancolies sauvages dont tu avais ceint ta bouche ; et tu danseras pour lui, Astrale, parce qu’on t’a appris à ne jamais danser pour les autres. Tu étais néant, dans ce genre d’instant. Tout au plus restait-il, dans la courbe dépiquée de tes os, quelque chose de ces grandes lèvres qui ne respirent que pour le malheur et ne vivent que dans l’abscons.

Alors tu t’avances, t’incline avec une grâce qui ne dissimulera pas une seconde tes habitudes sociales, puis murmures sans aucune hésitation :

— Bonsoir.

Derrière toi, Saowin s’était effacé, consumé comme un mirage que ne tiendrait qu’un bout de chandelle entre les doigts ; sans doute retenu dans un coin par quelque visage de foule qu’il oubliera aussitôt la soirée terminée,

Alors tu accordes toute ton attention au dignitaire qui t’observe et, avec cette candeur que possèdent les pécheresses bibliques,

Tu souris.
Glacée.
Rp 1 - Ft. plein de monde - codage par Alcyon ♥


Contenu sponsorisé

Fonctionnement de l'animation., par Contenu sponsorisé ► ►